mardi 12 février 2019

Mokhtar El Amraoui lisant ses poèmes à la mémoire du MARTYR CHOKRI BELAÏD




Mes poèmes à la mémoire du MARTYR ECHAHID CHOKRI BELAÏD



J'ai lu mes poèmes "Liberté", "Les obscurs "Les fleurs de ton sang", "Chant de rose ou l'homme à la moustache qui souriait" et "Ton inextinguible feu",dans le cadre de la deuxième rencontre internationale du MARTYR CHOKRI BELAÏD qui a eu lieu du 6 au 10 février 2019, à la Maison de la Culture du MARTYR CHOKRI BELAÏD de Jbal Jloud.

Voix de vérités


mercredi 6 février 2019

CHANT DE ROSE ou L'HOMME A LA MOUSTACHE QUI SOURIAIT


CHANT DE ROSE
ou L’HOMME A  LA MOUSTACHE QUI SOURIAIT

au MARTYR CHOKRI BELAÏD
lâchement assassiné , un 6 février 2013

A son réveil chaque matin
Le petit enfant de sa fenêtre
Voit  les oiseaux descendre
De leurs arbres  un par un
Et de leurs chants se mettre
A recomposer
Tant de belles frétillantes  roses

Il les voit les prendre
Dans leurs becs
Si doux si tendres
Sans les blesser ni effrayer
Comme des cœurs ailés
Puis s’envoler avec
Vers tous les jardins
Jusqu’au lendemain

Il se rappelle aussi très bien
Que c’est  à ce même endroit-là
Que l’homme qui chantait
 Toujours dans les escaliers
De toute sa belle voix
Dont la soyeuse moustache lui souriait
Etait tombé  un matin de février tué
Par d’horribles lâches assassins

L’enfant a bien vu  
A travers ses larmes
Le sang  de l’homme au si doux chant
Couler dessinant
De si belles roses
Qui chantaient et  riaient
Fières tout écloses
Malgré les infâmes armes
Des impitoyables monstres
Tout apeurés
Qui criant s’enfuyaient !

©Mokhtar El Amraoui , le 05 février 2019

samedi 2 février 2019

SENTEURS TENACES


S’effeuille en ses souvenirs la rose

Oubliée,
elle portera à jamais
dans ses senteurs toutes les rues
des nuits
des rencontres
et leurs rêves portés par les nues,
tous ces appels tendus
en cieux de promesses
quand les étoiles de leurs perchoirs
faisaient rire  les vagues
en leurs accords d’aubes

Houles assoiffées de caresses
sur les quais des retrouvailles
et séparations
Cieux de mouchoirs!
en ailes d’horizons !

©Mokhtar El Amraoui in « Chante, aube, que dansent tes plumes ! »

Musique d’Ezietto

Illustration du Net

lundi 28 janvier 2019

LA GAZELLE ET L’OUTARDE TRAHIES




Pour la gazelle et l’outarde qui se meurent
Le pire n’est pas l’émir
Qui  de folle  joie mille et une rafales tire 
Pour les avoir touchées
Et ensanglantées
Se riant de leurs cinglantes douleurs !

La vraie balle au cœur
Elles l’ont  reçue
De leurs  prétendus amis
Sans honneur
Qui après les avoir nourries
Et dans un lit de confiance endormies 
Sans pitié les ont  trahies  vendues
Au  sadique cynique  émir  ventru
Auquel ils ont indiqué la nuit 
Pour des miettes pourries d’or 
La cachette où heureuse
Chacune d’elles radieuse  s’endort
Egayée par tant de riantes étoiles lumineuses
Toute couverte de maternel sable
Bercée de fraternelle herbe affable ! 

Elles dorment  sans peur
Croyant être aimées- quel bonheur !-
Par tous ces chœurs d’amis au grand coeur!

Surpris par tant  de lâches moqueries
Qui les dardent  
Les yeux refroidis
De la gazelle et de  l’outarde 
Qui se meurent
N’osant imaginer un tel malheur
Se referment sur  de brûlantes larmes
Noyant  en d’interminables soupirs
Un dernier souvenir
De traîtresses caresses
Bien plus tuantes que les plus dangereuses des armes
L’outarde et  la gazelle criant de détresse
Emportent sur les ailes de leurs rêves ensevelis
Le sanglant linceul  d’une fatale amère  tromperie !

©Mokhtar El Amraoui , le 28 janvier 2019

Illustration du Net


mercredi 23 janvier 2019

NOUVELLES COULEURS


      à bas l’esclavage et le racisme !


Nous relierons patiemment nos veines.
Et de nos sangs mélangés,
Sortiront des couleurs
Jusque-là inconnues.
Et tous unis,
Nous leur donnerons
De nouveaux noms,
Sur les rythmes des battements
D’un même coeur.



©Mokhtar El Amraoui in " Arpèges sur les ailes de mes ans"
Illustration du Net


mardi 22 janvier 2019

LA BECQUÉE


Ils viennent les vautours
Aux lunettes académiques
Nous tendre leurs becs philanthropiques,
Leurs becs parfumés de sang frais,
Pour nous donner
La becquée civilisatrice,
La becquée technologique,
A nous,
Becs-bicots,
Becs secs bourricots.
Ils viennent nous donner
La becquée-art
La becquée-dollar
La becquée-science
La becquée-culture
La becquée-paix
La becquée-liberté
La becquée- hasch
La becquée -bombe H
La becquée-sous-traitance
La becquée- inflation
La becquée-chômage
La becquée-bidonvilles
La becquée-crachats
La becquée-pillages
La becquée-mensonges
La becquée-taules
La becquée -bourreaux
La becquée-barreaux
La becquée-bureaux d’anthropométrie pour zouaves-négros
Je songe à leurs becs qui partent
Et qui come back
A leurs becs-bombes
A leurs becs-mitrailles
A leurs becs-canons
A leurs becs-napalm
A leurs becs qui repartent bourrés
De blé, d’huile, de gaz,
De pétrole, d’or, de cuivre, de phosphate
Et de jeunes pour toutes sortes de corvées
Grises, noires et blanches camouflées.
Je songe à leurs putrides becs
Proférant injures et menaces.
Je songe aussi
A nos becs secs
Nos becs bicots
Qui ont faim,
Qui ont froid,
Nos becs de proies
Pour grands becs trusts !
Mais, de nos becs bicots,
Commencent à sortir
Les gazouillis des grandes colères !
©Mokhtar El Amraoui in " Arpèges sur les ailes de mes ans"


samedi 19 janvier 2019

Exode


Ecoute, là-bas,
Les oiseaux qui ne chantent plus,
Les roses qui ne poussent plus,
Les enfants qui ne jouent plus,
Dehors, dans les rues.
Là-bas, grands et petits,
Ils sont partis.
Dans leurs mains vides,
Ils tiennent des épis.

©Mokhtar El Amraoui
in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

Composition de pierres de Nizar Ali Badr