mercredi 21 novembre 2012

Le blues du bleu

Hélènablue





                                

                                      à la si chère Hélènablue, cet hommage au bleu


Le bleu a pris le large, Laissant le monde barge.
Il s’est taillé, tout à trac,
En prenant ses cliques et ses claques !
Dans son sac à dos,
Il a mis un saxo,
Une photo d’Hélènablue
Qu’il adore par-dessus tout,
Une autre de John Lee Hooker
Et une troisième de Satchmo !
Partout, chez les couleurs, c’est le chaos !
Regardez-les, sans sang, les aristos !
Sans leurs bleus de chauffe, les prolos !
C’est le deuil sur tous les seuils,C’est la larme à l’oeil,
De la plus haute étoile
Jusqu’aux plus sombres caniveaux !
Le bleu a le blues,
Il n’a plus l’âme aux vagues
Ni aux cieux !
Ah ! Comme le pleurent,
L’ayant perdu, tant d’yeux !
Les couleurs, en colère,
Ragent d’avoir été
Ainsi abandonnées !
Elles s’essorent et s’échinent à se traire,
Pour extraire
Tout ce qui leur reste
De ce butin précieux !
Le noir, au pas de l’oie,
Veut appliquer la loi.
Il a lâché ses cerbères,
Pour remuer ciel et terre
Et rechercher le réfractaire.
Mais le bleu a le blues.
Toutes ses places sont désertes,
Du Pôle Nord jusqu’à Bizerte !
Dans les marchés interlopes,
Où l’on trouve toutes les dopes,
On n’entend plus que ces antiennes :
« Y aurait pas, de grâce, un peu de bleu ?
On ne voudrait pas une petite bleue ?
Allez, Je te vends ce grand bleu ? »
Mais ce ne sont que mensonges et contrefaçons !
De vrai bleu, il n’y en a plus, de toutes les façons !
Toutes les couleurs, en colère,
Ont failli perdre la raison,
A chercher les secrets d’une telle désertion !
Mais, moi, je sais pourquoi il s’est tiré !
Il réclame ses parts sur terre
Et une révision radicale des dictionnaires !
Il ne veut plus être synonyme de peur
Ni le symbole des douleurs !
« Pourquoi peur bleue ?
Crie-t-il. Ah ! Les odieux, parbleu !
Je veux qu’on chante, désormais, la joie bleue
Et qu’on me laisse, à ma guise,
Peindre les arbres et les lieux,
En mes chers camaïeux !
Dorénavant, je veux que, sur terre,
Bleu rime seulement avec heureux ! »


©
 Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

12 commentaires:

  1. giulio16:44

    Arpèges sur les ailes de mes ans, ah, le merveilleux souvenir, cher Mokhtar ! Te voilà donc entré de plain pied parmi ces poètes du Proche Orient et du Maghreb qui savent poétiser les idéologies de la libération, du patriotisme, de la justice et de la fraternité sans s’empêtrer dans le pompier, l’héroïsation, la grandiloquence ou le chauvinisme : les Tawfiq Zayyad, Nazim Hikmet, Mahmoud Darwich, Jalel El Gharbi, Moncef Ghachem, Ahmed Ben Dhiab, Salah al Hamdani, Abdellatif Laâbi, Adonis et Tahar Bekri, pour ne citer que ceux-là... que je connais d'un peu plus près, et pourtant si peu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @giulio
      Merci beaucoup, cher poète, de m'encourager tout le temps et ton article sur "mes arpèges" est vraiment une pièce d'anthologie que je montre toujours à mes amis.En Tunisie, les poètes et écrivains, de manière générale, se font publier à compte d'auteur. Les éditeurs courent derrière les livres à scandales politiques qui rapportent gros et marginalisent la littérature.Tu peux imaginer nos tribulations! On tient, bon tout de même, malgré tout.

      Supprimer
  2. :-)
    Quel plaisir de re-découvrir ce poème et ce court de Laure...
    Merci Mokhtar.

    RépondreSupprimer
  3. MakesmewonderHum!19:49

    Salut mon frère, puisque les tempêtes de sable se sont calmées et qu'ici, nous en sommes pas encore à être couverts de neige faut bien prendre l'temps d'allonger les transats pour refaire un peu le monde dans la mesure du possible et peiner mutuellement sur ce qui nous semble, à première vue, impossible à changer.
    Longue vie à toi et aux tiens! Suis vieux, moi, les engrenages disons "légèrement" ensablées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Makesmewonderhum
      Ah, sacré frère, notre grand surréaliste sans pareil! je redéguste toujours tes envolées pleines de calembours plus savoureux les uns que les autres et ton grand sens de la repartie. Tu es de ceux qui ne vieilliront jamais!
      Longue vie à vous tous et merci d'honorer ce blog de ta précieuse présence et tes inestimables contributions.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    c'est en allant comme je le fais une fois par semaine sur le blog d'héléna que j'ai découvert l'ouverture d'un blog par un poéte ce qui ne court pas les rue, qui plus est de l'autre côté de la méditérranée
    je savais qu'héléna avait le goût des belles choses et je ne suis donc pas surpris Je trouve la vidéo sur ton poème trés réussi
    je reviendrai!
    amitié et bonne continuation

    RépondreSupprimer
  5. Le 11 novembre 2012, j'ai posté sur facebook (Hamitouche Abderrezak, mon nom),un hommage à Mon ami Mokhtar, avec la vision de la vidéo des 3 poèmes(Arpèges sur les ailes de mes ans..!J'avais même prévu d'aller à Bizerte la semaine dernière mais reporté à cause de l'indisponibilité d'un ami qui devait m'accompagner car j'avais été gagné par la fièvre de le rencontrer et maintenant j'apprends par Hélénablue le retour de Mokhtar sur la toile et dire aussi qu'il y'a quelques heures sur le blog d'hélénablue, Maksmewonderhum!qui rappellait mes frasques avec Boucle d'or!Pour une coincidence, c'en est vraiment une et des plus belles et quelle joie de te lire mon ami, Mokhtar.

    RépondreSupprimer
  6. @ Bizak
    wechrak yal khou ( je traduis: comment vas-tu, cher frère?)?
    Décidément, c'est la journée de la télépathie entre Le plumitif et moi, Maksmewonderhum et toi et notre Guillaume qui parle de voyance rimbaldienne. Je crois que la seule explication c'est la pureté intrinsèque de nos fluides respectifs!
    Finalement,j'ai créé ce blog qui avait failli devenir mission impossible.Bizerte t'attend!

    RépondreSupprimer
  7. bonjour le grand nouveau

    RépondreSupprimer
  8. @Laurence
    il faudra me ménager dans ma posture (toi la posturologue!) de néoblogueur. Merci, l'artiste!

    RépondreSupprimer
  9. Salut à toi Mokhtar, j’allais répondre à ton commentaire chez Blue, mais finalement j’ai plutôt choisis de t’écrire sur ton propre blogue, histoire d’en saluer la naissance par la même occasion! (Et pour répondre à ta question concernant l’éventuel blogue du Plumitif, je suis comme toi, j’y mets le temps mais ça vient, ça vient, je vais finir par me jeter à l’eau...).
    Et de revoir la vidéo m’a aussi rappelé le grand bonheur qu’a été pour moi (grâce à Blue et également à Laure) de voir ma peinture et d’entendre ma musique rencontrer ta poésie, que je ne connaissais alors que par quelques fragments. Aujourd’hui que je la connais mieux, je peux te dire qu’elle m’est devenue infiniment précieuse. Souvent, lorsque mon horizon se rétrécie, se perd dans les tristes couloirs du prosaïsme quotidien, je plonge au hasard d’Arpèges sur les ailes de mes ans et instantanément mon regard s’élève, mon esprit s’éveille à nouveau aux infinis miroitements de sens que recèlent ces mots souvent fatigués qui l’habitent et dont ton verbe unique ravive infailliblement l’inépuisable éclat (souvent de rire d’ailleurs)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plumitif, bienvenu chez toi!merci pour tes mots.
      Ta présence me ravit au sens le plus profond et ontologique.Notre travail collectif qui a enfanté ce court restera gravé toute ma vie dans les spires de mon être.Je découvre que c'est une très belle expérience que celle du blog; j'allais dire du globe.Cela te plonge dans une autre dimension dont on ne peut saisir les sucs qu'à travers l'expérience.
      Il faudrait y plonger pour en saisir les saveurs les plus subtiles. J'ai été réticent mais je le regrette maintenant. Tout ce temps perdu,quel gâchis!mais ce qui est merveilleux avec cet outil magique c'est qu'il nous permet de nous rattraper très vite!
      Je t'assure, tu peux démarrer maintenant et une heure après, au grand maximum, tu l'auras ton blog surtout que tu as une très bonne dextérité et d'admirables percussions au sens le plus large et de belles couleurs dans ton carquois!Tu as tant à donner, à offrir.N'hésite plus!Merci pour tout ce que tu as dit de mes Arpèges.C'est d'ailleurs l'une des raisons qui ont engendré cet espace susceptible de donner une chance de vie à ce recueil,une chance de rencontres, de grandes et sublimes rencontres comme celles que j'ai faites avec vous tous. Rien que pour vous connaître tous, vive la blogosphère!!!

      Supprimer