lundi 3 décembre 2012

Co-errance



Déroute  La Rouge


Co-errance vers nulle part,
Loin des extases ensevelies.
Avec pour théorie
Cette mèche de barde épileptique
Qui se mure,
Dans les miroirs gris de l’absence.
Ma théorie
C’est tes seins, aquagenèse du râle debout.
Ma théorie
La rencontre de nos absences,
Dans les cerceaux enflammés
De nos rites de mésanges.
Ma théorie
C’est ta pratique
Dans tes printemps de coquelicot.
Je bouge mes glacis, mes ténèbres
Et tue mes ombres pendues
Dans les caveaux de leurs pendules imbéciles !
Ma théorie
C’est ta pratique,
Quand tu recouvres tes aspérités
De rose et d’ouragan,
C’est tes cheveux bourrés d’astres
Jusqu’à l’étouffement,
Jusqu’à l’accouchement.
C’est tes prairies galopantes,
C’est ta soif qui s’allume,
Réverbères ivres
Dans les rues de ma perte,
Dispersions,
Hémorragies
Dans l’extériorité de tes aspérités oméga,
Enfants redessinant les tapis de leurs vengeances,
Symphonie du délire montant,
Syllabes de comètes échevelées,
Errance de bardes,
Co-errance d’Achiqs* aux mèches crépusculaires.



*Amoureux, en arabe


© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"


6 commentaires:

  1. Alors là... juste «pour la rencontre de nos absences» et je ne parle pas de la beauté des autres images qui fleurissent en lisant ce poème et bien je suis heureuse que cet image ce soit collée à tant de feu. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. @ La Rouge
    A mon tour, je te remercie pour cette sublime déroute qui embrasse à merveille mon poème. Belle co-errance!

    RépondreSupprimer
  3. Une suave densité. L'imagerie du rêve en accéléré.

    RépondreSupprimer
  4. @Guillaume Lajeunesse
    En effet, il est question de danse-cité du rêve où l'axe ailé errait!
    Content que ça te parle et plaise.

    RépondreSupprimer
  5. la cohérence est source de beauté et d'éfficacité
    Joli poéme d'amoureux en transit? (qui attend le train qui passe sur cette route du désir)

    RépondreSupprimer
  6. @Axel-6
    Joliment poétique, ta lecture. Quant au train, je ne révèle pas tout. Suggérer, suggérer tel est le suc géré poétique: du suspense, aussi.

    RépondreSupprimer