samedi 29 décembre 2012

Doudouk





Levon Minassian


Le doudouk* n’est jamais doux
Pour celui qui a perdu sa mère, son père,
Ses sœurs, ses frères
Et les cœurs aimants
De tant d’autres parents !
Le doudouk est une blessure en chants,
Pour ceux à qui on a arraché impitoyablement
La terre, les yeux et les cieux depuis des ans,
A en devenir fous, inexorablement.
Le doudouk n’est jamais doux,
Pour toi, l’exilé qui l’entend.
Il écrit, chaque jour, du levant
Jusqu’au couchant, patiemment
Son chemin brûlé de sang
D’une lumière aveugle en quête de firmament,
Qui trébuche sous les fouets de l’exil et du vent !
Le doudouk devient loup
Quand on tue sa montagne, son aigle volant
Et ses danses en plein élan !
Mais il se fait doux, seulement,
Quand il sait que, bientôt, vivant,
Il reviendra fièrement, tout chantant,
Vers cette terre qui, chaque jour, l’attend
Qui, toujours, l’entend !



* Instrument à vent arménien




© Mokhtar El Amraoui  in " Nouveaux poèmes" 











12 commentaires:

  1. Cher Mokhtar, Lévon Minassian, le doudouk est le son que j'aime le plus au monde j'aime le retrouver chez toi
    ton poème, tes mots disent admirablement ce qu'il est!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Brigitte, le doudouk est vraiment magique et remue profondément l'âme. Merci d'aimer mon poème.

      Supprimer
  2. magnifique pont entre les peuples ! Content de t'avoir découvert !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenus, les cafards. Vive l'amitié entre les peuples!

      Supprimer
  3. Mokhtar,
    ce texte, qui fait écho au génocide arménien, dépasse son cadre pour porter, haut et fort, l'universalité de l'âme humaine, d'où qu'elle vienne !
    Ton regard est une ôde à la mémoire. L'autre, c'est Toi. L'autre, c'est Moi. Nous sommes toutes et tous l'Autre de quelqu'un.
    Ton esprit fraternel émane de tes mots !

    RépondreSupprimer
  4. Absolument, cher ami Guillaume, la lutte contre les injustices ne doit avoir aucune frontière, ni spatiale ni temporelle!

    RépondreSupprimer
  5. AH! Je l'adore lui et ce poème... je suis à la course, de la famille chez moi mais une belle nouvelle année pour toi, pleins de poésie. Bises Mokhtar.

    RépondreSupprimer
  6. La Rouge, merci de ton appréciation. A toi aussi et à tous les tiens, une très belle année pleine de bonne santé et d'agréables surprises.2013 bisous et plein d'inspiration pour la poétesse-peintre que tu es!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Le Grand cerf Volant de Gilles Vigneault

    "Un jour je ferai mon grand cerf-volant
    Un côté rouge, un côté blanc
    Un jour je ferai mon grand cerf-volant
    Un côté rouge, un côté blanc, un côté tendre
    Un jour je ferai mon grand cerf-volant
    J´y ferai monter vos cent mille enfants, ils vont m´entendre
    Je les vois venir du soleil levant

    Puis j´attellerai les chevaux du vent
    Un cheval rouge, un cheval blanc
    Puis j´attellerai les chevaux du vent
    Un cheval rouge, un cheval blanc, un cheval pie
    Puis j´attellerai les chevaux du vent
    Et nous irons voir tous les océans s´ils sont en vie
    Si les océans sont toujours vivants

    Par-dessus les bois, par-dessus les champs
    Un oiseau rouge, un oiseau blanc
    Par-dessus les bois, par-dessus les champs
    Un oiseau rouge, un oiseau blanc, un oiseau-lyre
    Par-dessus les bois, par-dessus les champs
    Qui nous mènera chez le mal méchant pour le détruire
    Bombe de silence et couteau d´argent

    Nous mettrons le mal à feu et à sang
    Un soleil rouge, un soleil blanc
    Nous mettrons le mal à feu et à sang
    Un soleil rouge, un soleil blanc, un soleil sombre
    Nous mettrons le mal à feu et à sang
    Un nuage monte, un autre descend, un jour sans ombre
    Puis nous raserons la ville en passant

    Quand nous reviendrons le cœur triomphant
    Un côté rouge, un côté blanc
    Quand nous reviendrons le cœur triomphant
    Un côté rouge, un côté blanc, un côté homme
    Quand nous reviendrons le cœur triomphant
    Alors vous direz : "Ce sont nos enfants, quel est cet homme
    Qui les a menés loin de leurs parents?"

    Je remonterai sur mon cerf-volant
    Un matin rouge, un matin blanc
    Je remonterai sur mon cerf-volant
    Un matin rouge, un matin blanc, un matin blême
    Je remonterai sur mon cerf-volant
    Et vous laisserez vos cent mille enfants chargés d´eux-mêmes
    Pour jeter les dés dans la main du temps

    Pour jeter les dés dans la main du temps "

    http://www.youtube.com/watch?v=TxsL1tITjII

    Merci Mokhtar pour ta musique ! Elle est importante !

    RépondreSupprimer
  8. Merci, chère Astrid pour ce superbe cadeau que tu nous fais , ce 1er jour de l'an 2013!
    Je suis vraiment très touché du fait que mon Doudouk t'ait plu!

    RépondreSupprimer
  9. Ah! Ma chanson préférée de Vigneault... c'est curieux car j'ai faillit la déposer sur mon blogue et je suis passée à autre chose, comme quoi les idées voyagent.

    RépondreSupprimer
  10. Tu as raison, La Rouge, c'est une merveilleuse chanson!Quelle télépathie!

    RépondreSupprimer