mardi 18 décembre 2012

Kaléidoscope


Eléphants  Salvador Dali 



A  ma soeur Saïda qui sait faire de merveilleux kaléidoscopes en papier



Des éléphants bleus
Traversent les savanes de mes dix ans
Roulis roses
De flûtes perchées,
Continent I de mes dilatations !
Dans l’extrémité de mes hémisphères orientaux,
Des dromadaires verts dansent.
Dans le tintement nomade
De leurs pas, pianotent
Les vertèbres sud de mon exil.
Pas de danse montant en notes cristallines,
Comme ces lumineuses écailles sautillant en jets,
Que gratte le couteau rouillé d’une mère fatiguée.
Yeux rêveurs du poisson aux nageoires éparpillées,
Ecailles explosant comme un feu qu’on rallume,
Comme ton souffle qui ravive le brasier !
Ecailles,
Mèches mordorées fusant en Ré !
J’ai vu des éléphants bleus
Passer par les savanes de mes dix ans
Et des chameaux de cuir
Danser, dans la brume des rues,
Blatérant tant de chansons.
C’est dans les cages des vitrines
Que je t’ai perdue,
Quand mon kaléidoscope
Est tombé dans la bassine
Où je voyais ceux de la marine
Chasser des interlopes !


© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

14 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ta poésie des retours vers l'enfance. Et ce Dali rouge est magnifique bien que je n'aime pas ce peintre.

    RépondreSupprimer
  2. Mon enfance a été décisive dans/pour ma poésie. On dirait que ce tableau de Dali a été fait pour mon poème (sic)ou l'inverse(resic). Depuis que je l'ai découvert durant mon adolescence, j'aime beaucoup Dali et les surréalistes en général.

    RépondreSupprimer
  3. Les surréalistes oui, mais pas Dali. Il y a toujours de notre personnalité dans ce que l'on créer et sa personne, me lève le poil comme une répulsion venue du fond des âges. Je n'aime pas l'être de cet homme. Un truc viscérale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait dire la même chose de plusieurs autres tels que Chaplin, Freud, Picasso,etc.
      Je trouve que l'oeuvre a une certaine autonomie relative qui fait qu'on la juge par rapport à son "ainsi dit" intrinsèque. Tu poses là une très grande problématique celle de la grande oeuvre, sublime du salaud. Est-ce qu'on ne peut pas dépasser l'aporie, en faisant la part des choses?
      Est-ce que l'échelle esthétique est forcément tributaire de l'échelle éthique? Je crois que non car l'esthétique a tout de même sa propre épaisseur chronogénétique qui ne peut en aucun cas être réductible à un déterminisme monobiographique ; selon moi, c'est autrement pluriel.
      Pour revenir à Dali, il a eu la chance inouïe d'avoir rencontré Gala qui "l'a sauvé de lui-même" comme il le dit.

      Supprimer
    2. Je crois que l'oeuvre respire par elle-même, qu'il n'est plus lié une fois sortie mais je suis sensible à l'énergie d'un tableau et ce que je ressens dans ceux de Dali est un ennui de fond terrible. Je regarde et c'est l'ennui. Je n'aime pas l'être de cet homme quand il peint, devrais-je dire. L'homme en lui même, je ne le connais pas sauf si ce n'est un égo délirant d'après Nin. Enfin. Je n'enlève aucun crédit à son oeuvre par mes propos. C'est ce que je ressens comme d'autres aiment la pluie ou la déteste.

      Supprimer
  4. Je ne rentre dans aucune polémique car je respecte la belle " rouge", mais à titre personnel, J' apprécie du fond des tripes l' exploration du rêve et la provocation de ce peintre dont je n' ai jamais manqué une expo, merci pour ce poème qui mène aux frontières de l' inconscient!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le talent technique de Dali est indéniable. Un maîtrise parfaite. Il a sa place parmi les grands peintres, je ne réfute pas cela, bien au contraire mais il ne me touche pas. Je reste de marbre, je ne vibre pas. La chimie ne se fait pas. ;)

      Supprimer
    2. Ce qui est tout le contraire de vos mots Orfeenix que j'ai visité rapidement cet aprèes-midi, faute de temps. Beaucoup de puissance dans votre souffle. Du talent indéniable.

      Supprimer
    3. Tes réponses, La Rouge, concernant Dali sont tout à fait clairement formulées et sans aucune ambiguïté.

      Je suis d'accord avec toi à propos de la poésie d'Orfeenix que je découvre avec un grand bonheur.

      Supprimer
  5. Orfenix,pour moi, discuter n'est pas manquer de respect.
    Je suis content que mon poème t'ait parlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement les points de vue divers, sont toujours enrichissant quand ils sont discutés avec respect et esprit. Bonne soirée vous deux et encore merci pour le partage de ce poème.

      Supprimer
    2. Bonne soirée, à toutes les deux.

      Supprimer
  6. C' est un bonheur de naviguer ici, merci pour votre accueil à tous les deux, j' ai adoré le billet sur les Indiens à quatre mains et c' est un plaisir de lire textes et commentaires dont je ne me priverai plus, à très bientôt!

    RépondreSupprimer
  7. Chère Orfeenix, bienvenue chez toi.Tu illumines ce blog de ta précieuse présence.

    RépondreSupprimer