vendredi 21 décembre 2012

Quatre poèmes d'espoir

Fatima El Hajj
                                        A tous mes amis, de l'espoir, malgré toute cette chape de sinistrose apocalyptoïdale!





Espérances


Espérer
Un jour nouveau
Qui avance
Sur ses rayons de soleil.
Espérer
Comme si l’on voyait déjà
L’homme sortir
De sa préhistoire.
Espérer
La fin des froids calculs égoïstes et barbares
Et leurs cortèges de douleurs,
Pour réchauffer nos coeurs
D’un sang nouveau.
Espérer
Demain qui avance
Sur ses rayons de soleil.


Aubade


Aube lointaine
Et pourtant si proche !
En nous, tu vibres.
Je te sens venir,
Je te sens traverser ma peau
Et assaillir mes veines sèches.
Aube pure,
Fièvre incandescente,
Astres éblouissants,
Dansez dans vos flammes !
Vibrez bougies des ombres !
Nos feux se réunissent
Et éclateront en mille bouquets
Aux fleurs souriantes.
Aube lointaine
Et pourtant si proche,
Je te sens avancer sur tes frêles rayons
Encore hésitants.
Je te sens écarter de ta main de diamant
Les barreaux emprisonnant les amants
De la liberté et des éclairs des sublimes élans.



Médutopia


Quand verrai-je luire,
Dans ces yeux blêmes,
Les feux de la vie ?
Quand verrai-je sortir,
De la nuit noire,
Un chant pacifique de victoire ?
Quand verrai-je
Se pointer, à l’horizon,
Les poings du futur
Et l’espoir noyer les haines et les mépris?
Quand verrai-je passer
Le défilé
Beau,
Gai
Et puissant de la liberté,
En Méditerranée ?
Quand écouterai-je
La musique de la fraternité
Vibrer sur les cordes chaudes du soleil,
Sous les petits doigts
Aux couleurs de l’arc-en-ciel
Des enfants ?



Nouvelles couleurs


Nous relierons patiemment nos veines.
Et de nos sangs mélangés,
Sortiront des couleurs
Jusque-là inconnues.
Et tous unis,
Nous leur donnerons
De nouveaux noms,
Sur les rythmes des battements
D’un même coeur.





© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"










12 commentaires:

  1. Anonyme11:32

    L'espoir est le battement de nos coeurs contre les portes du soir! Très beaux textes Mokhtar !
    Aux lumières qui nous éclairent !
    Astrid SHRIQUI GARAIN
    ( tu vois je signe ! )

    RépondreSupprimer
  2. Très belle phrase, chère poétesse! Merci de ce cadeau matinal! Il faut, bien sûr, que tu signes pour que tout le monde puisse découvrir ta sublime poésie et s'en désaltérer sur les sites suivants: un jour, un poème et sympoésieum où je publie moi-même et où j'ai été vraiment ébloui par tes vers, lesquels, je l'espère seront, le plus tôt possible, rassemblés en un recueil! Que l'on sentr'éclaire pour vaincre les ténèbres de ceux qui veulent nous emmurer derrière les préjugés et les distances artificielles des exclusions!

    RépondreSupprimer
  3. La peintre est touchée du dernier. Magnifique lumière ce matin. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que tu fais avec tes lumineuses et radieuses palettes du futur qui cassent tous les murs stupides et qui accueillent tant de nouveaux chants chromatiques!

      Supprimer
  4. Tout comme La Rouge, Nouvelles couleurs me touchent particulièrement. ET tout comme tu le dis Mokhtar, ces vers résonnent magnifiquement avec les toiles de La Rouge, une correspondance fascinante! Je nous ressens tous liés par cette même lumière ce matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! oui, Blue, vive cette chaîne libératrice de lumière! Qu'elle nous prenne et emporte dans ses maillons d'amour!

      Supprimer
  5. La toile (web) prend enfin son sens dans le sillon du mot tissage. Belle journée de renouveau à vous tous et toutes. xx

    RépondreSupprimer
  6. Et à toi aussi La Rouge, notre si chère squaw Roja! C'est cela, soyons tous des tisseurs de lumière!

    RépondreSupprimer
  7. giulio17:11

    proposition de néologisme : lucicanuts !

    RépondreSupprimer
  8. Oh! Oui! Quel succulent néologisme, cher Giulio! ça c'est du métier à nous tisser des mots lumineux! Dépose ton brevet et allons proposer ton nouveau-né à l'Académie pour le lexicaliser. Avez-vous bien écouté, les LUCICANUTS? Vous venez de naître! Un hommage à Lyon s'impose, la guilde!!!
    Tu m'honores, cher frère de ta précieuse présence! Comme tu le sais très bien, tu es chez toi!

    RépondreSupprimer
  9. On tisse les toiles , on suture les veines mais on n'a pas fini de se donner du fil à retordre! les loups repus ne cessent de nous filer!
    Tes poèmes Mokhtar me mettent sens dessus dessous,mais tu redessines l'espoir d'une autre voie par une autre voix!

    RépondreSupprimer
  10. Notre seule arme contre l'obscurité est tout simplement la lumière! Tenons bon le cap et la voie/voix!

    RépondreSupprimer