dimanche 16 décembre 2012

Tatouages


He Yifu


Wechma*
Mes veines
Sur les ailes
Du pigeon aveugle !

Wechma
L’azur bleu
Sur tous ces seins desséchés !

Wechma
L’oasis nombril,
La folie des palmiers assoiffés,
Mes veines racines
Pourrissant dans le cri solitaire !

Wechma
De laves rouges
Sur la peau des bourreaux
Enivrés de putrides goulots,
Sur leurs interminables promesses de faux paradis
Qui ne nous laissent aucun radis !

Wechma
Dans les grottes humides,
Préhistoire de mon apprentissage
Du feu et de l’écriture !

Wechma
De poings sur les colonnes romaines
Sous lesquelles ils m’ont enterré,
Mon corps rongé
Par des vers latins !

Wechma
Les rayons de soleil
Sur les veines du forçat,
Sur les langes de boue
De l’enfant assassiné,
Sur l’oasis enterrée !

Wechma
L’éclair sur ton linceul de silence imposé,
Sur la peau du dromadaire ailé,
Sur son voyage inachevé,
Sur sa bosse de rêves
Qui éclate en mille tombeaux
En mille lambeaux,
En mille flambeaux !


* Wechma: Tatouage en arabe


© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"




Publié dans la revue Siècle 21/ Automne-Hiver 2012

7 commentaires:

  1. Très chers amis,
    Une malencontreuse erreur de manipulation a fait que le poème, l'illustration ainsi que tous vos commentaires ont été supprimés.J'ai dû les reprendre à nouveau.Malheureusement, les commentaires ont disparu. Veuillez m'excuser.Je vous invite à réagir, de nouveau à ces "Tatouages", si vous le voulez bien. Merci de votre compréhension.

    RépondreSupprimer
  2. Oh! Peu importe... une deuxième fois c'est encore plus fulgurant. Comme quoi les erreurs font de belles retrouvailles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Roja, tu es un vrai porte-bonheur! J'ai récupéré tous les commentaires sur mon tableau de bord. Il ne m'est plus resté qu'à les copier!
      Muchas gracias!

      Supprimer
  3. Bonnes nouvelle, chers amis! J'ai pu récupérer tous les commentaires que j'ai retrouvés dans mon tableau de bord!Je vais juste mettre les noms des amis qui ont donné leurs points de vue.
    1/La Rouge:
    Ouf!... mélopée puissante, mantra, FEU. Ça traverse de partout. Merci.
    2/Moi:
    Des cris tatoués dans une tempête solitaire. C'est vraiment ouf! ;) Merci de ta perception si sensible . Tu l'as vraiment bien saisi le poème, dans toutes ses nuances douloureuses.

    3/ Orfeenix:
    Comme un tatouage tes vers s' impriment à même la peau,au bout de la souffrance qui en émane, il ne reste que la trace de la beauté.

    4/Moi:
    Orfeenix,je me tatoue tous tes beaux mots-baumes au plus profond de mon être.

    5/ Vers du silence:

    Bonjour Mokhtar, je viens de découvrir vos textes. Je perçois un élan particulier qui est véhiculé, une vibration profonde... Où puis-je me procurer votre livre ? Je suis sur Paris/Région parisienne. Belle envolée de mots et d'émotions... Bien à vous, cher Mokhtar.

    5/ Moi:

    Cher Vers du Silence, Bienvenu. Votre message me réchauffe le coeur. Cela fait vraiment plaisir de se voir compris( dans le sens étymologique )surtout que la poésie est de plus en plus marginalisée. Notre seule planche de salut demeure la solidarité dans l'espace que nous offre la blogosphère et la complicité des amis que l'on y rencontre et qui nous adoptent. Concernant mon recueil, je l'ai publié à compte d'auteur; ce qui fait que je me suis chargé de sa diffusion en Tunisie, faute de logistique pour l'envoyer à l'étranger. Toutefois, il y a une amie- Helenablue- qui m'a mis quelques exemplaires chez un libraire de Lille; je lui demanderai de me donner son adresse et ainsi, ça sera moins cher pour vous plutôt que de le commander à partir de la Tunisie. Néanmoins, pour ceux qui seraient intéressés, je communiquerai les adresses de librairies où j'ai mis des exemplaires en dépôt. Merci, encore une fois de votre soutien. Je me suis promené dans votre blog qui est plein d'agréables surprises.

    6/Vers du silence:

    Merci pour cette réponse Mokhtar. Tu (je me permets de te tutoyer :))me touches beaucoup par tes mots. Ta vision est un témoignage d'une humanité qui se raréfie. Je suis très intéressé par des adresses parisiennes pour me procurer ton recueil. J'ai mis le lien de ton blog sur le Facebook de Bab edd'Art Magazine (https://www.facebook.com/#!/babeddart), magazine culturel algérien. N'hésite pas à aller voir - si tu ne le connais pas encore - il y a plein de thèmes et sujets intéressants. Reçois mes sincères amitiés. Au plaisir de te lire. Guillaume (Vers du Silence)

    7/ Moi:

    Cher Guillaume, bien sûr, on se tutoie. Merci pour tes mots qui me chargent positivement et donnent sens à ce que j'écris. Concernant la France, il n'y a que cette librairie de Lille. Je trouverai sûrement une solution, la moins coûteuse pour toi et merci de ton soutien, concernant babedd'art. Je suis impatient de découvrir. Que notre pont fleurisse d'une infinité d'échanges.

    8/ Vers du silence:
    Mokhtar, n'hésite pas à m'écrire sur mon mail - versdusilence@yahoo.fr - pour le règlement et l'envoie de ton livre ainsi que pour échanger et tisser des liens. Bien à toi mon ami. Guillaume

    9/ Moi:
    Ok, Guillaume Que vive ce nouveau pont, l'ami!

    10/ Moi:
    @ Toutes celles et ceux, qui comme Guillaume voudraient acquérir mon recueil"Arpèges sur les ailes de mes ans", voici un lien pour une librairie à Lille: http://www.evous.fr/Librairie-l-Olivier,1557.html






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite des commentaires( car l'autre page était saturée)
      11/ Bizak:

      On peut dire pour ce poème, qu'il laisse des tatouages très prononcés et profonds! il est vrai que c'est le terme vernaculaire"wechma" qui donne tout le sens propre à la douleur de l'homme(wechem,au sens populaire: très marqué avec une cicatrice profonde, ou marqué par la vie!) C'est dans la poésie qu'on arrive à transcrire, l'âme et les souffrances humaines!Et tu y es arrivé Mokhtar.

      12/ Moi:


      Quelle analyse, Bizak! En effet, ma poésie est pleine de wechmas que je porte au plus profond de mes tripes et ça fuse.Merci de me sentir et comprendre.






      Supprimer
  4. Je me pose aussi sur ta rive et y découvre la rime active et engagée d'un poète révolté mais qui a choisi d'aller vers sa paix intérieure. Les mots nous y aident bien, ils reconnaissent nos souffrances et nous font aimer ses stigmates. Celui-ci à travers le tatouage est on ne peut plus expressif. Il y a un je ne sais quoi de furtif dans ton écriture qui fait éclater en touches éparses la lumière de ton message. C'est baigné d'étoiles et le lecteur attentif réussit à reconstituer la voie lactée qui les habite.
    Amitié d'internaute, ravie d'avoir fait ta connaissance et bonne feuille de route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci,Jobougon,de cette si fine et nuancée analyse. Tes mots-ci sont, en soi, tout un poème.
      C'est avec une grande joie que je reçois ta lumière.
      Ma rive est la tienne.

      Supprimer