dimanche 6 janvier 2013

Il le faut!

Art de la conversation    Magritte





Je ressusciterai
Du fond des colonnes romaines
Où l’on m’a enterré.
Je ressusciterai,
Accroché
A l’élan explosif
De millions d’épis.
Avec l’argile de ma tombe,
Avec le plomb fondu
Dans les yeux de mon pigeon sans ailes,
Je féconderai des champs pluriels.
Avec la foudre pour chandelle,
Je traquerai les escrocs,
Leurs géométries visqueuses,
Leurs baves et leurs rots.
J’empesterai,
Avec la faim puante de mes chiens bardes,
Leurs ronflements cyniques.
Je confisquerai
Leur tranquillité
Enveloppée dans le satin et la soie.
J’étoufferai, dans l’insolence
De mes tambours glas,
Le strip-tease de leurs pendules
Aux ressorts d’or bien mal huilés.





© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"




12 commentaires:

  1. Après la quête d'infini du sublime "miroirs" tu livres combat sur cette terre, pour triompher de ceux que la Rouge appelle justement des zombies. Non seulement j'aime tes mots mais j'apprécie aussi la personnalité idéaliste et efficace qu'ils traduisent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu me sens/comprends, chère Orfeenix! C'est réciproque! C'est exactement cela, ça rejoint ce qu'appelle, à juste titre, La Rouge,la dé-zombification. Oeuvrons-y tous ensemble!

      Supprimer
  2. Poème tonitruant,dont les mots, faut dire, sont acidifiants au point de déloger Néron même s'il est de marbre!
    Avec tes poèmes Mokhtar, il est difficile de sortir indemne, mais quoi...il le faut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Bizak, tu le sais autant que moi: les mots sont les meilleures armes contre toutes formes de dictatures!

      Supprimer
  3. Puisqu'il le faut, il le faut! Pas de temps à perdre!!

    RépondreSupprimer
  4. Chère Blue, j'y oeuvre à ma façon!

    RépondreSupprimer
  5. (Puissant que ces mots-là. Cher Mokhtar, je le redis, c'est la terre ton élément mais la terre qui prend son souffle dans l'air et puis qui retourne à la terre. Héléna de l'eau fraîche qui fabriquent les belles tempêtes et qui nous ramène le soleil. Orfeenix, du feu dont sont faits les volcans. Bizak de l'air... un vent du sud gorgé de soleil qui réchauffe. Les gens sont des élément chimique, énergétique et alchimique.

    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Rouge,ton analyse si pertinente et subtile n'a rien à envier à celle du grand Gaston Bachelard! Merci pour ce bouquet d'amis en portrait énergétique. Je n'oublie pas évidemment de t'y mettre avec tes flammes qui nous réchauffent de leur vitale présence sans jamais nous brûler.

      Supprimer
  6. Faut à la limite, choisir entre faillir et faillir, ça il le faut.


    Et puisque nous campons en ce début d'année (que je vous souhaite la plus surprenante!!!)sur ce bien réel oasis à toi Mokhtar, et par extension de proximité celui de notre ami Bizak, serait-il trop demander que de nous fournir vos sables les plus fins afin d' enrayer leurs engrenages conçus illusoirement pour broyer ce qui reste d'humanité, encore trop dérangeante à leurs yeux?


    RépondreSupprimer
  7. Quelle belle surprise tu me fais là, cher ami Makesmewonderhum! Bienvenue, sur mon oasis voyageuse. Pour le sable, ne t'en fais pas, j'y oeuvre!
    J'ai bien aimé cette construction symétrique en falloir et faillir. Merci!

    RépondreSupprimer
  8. MakesmewonderHum!14:39

    AH! L'ami, parfois la langue nous réserve quelques petits trésors. C'était bien, qu'il nous faut aussi choisir entre, faillir, qui contient l'idée de risquer même si on rate l'objectif de peu, et faillir, se dérober et manquer à notre devoir, somme toute moins honorable.

    RépondreSupprimer
  9. L'ami, la beauté des mots et leur force de renouvellement résident dans leurs nuances!

    RépondreSupprimer