mercredi 23 janvier 2013

La roseraie de mer


Zoya Frolova





La roseraie, tout près de la mer,
Intrigue le regard
De ses ondes parfumées.

Ses épines salées,
Qui projettent tes larmes
Sur les joues éclatées d’un ciel dévoilé,
Arrosent, de tant de dards ailés,
L’attente assoiffée de mon coeur piégé
Qui erre d’étoile en étoile.

Fleurs, ô beauté abreuvée de soleil !
Papillonnent valses
Cheminant dans les pétales dégrafés
De ma mort,
De mon port
Qui voyagent
Sur les escaliers violets
De ma jeunesse calcinée.

Je vous retrouve,
A l’heure du deuil,
Quand je me recueille
Dans vos syllabes fanées.

Mer de mai,
De printemps allumée !
Navigue, sur ta joie,
Une volaille parfumée.

Tout près de mes doigts,
Comme cette lettre déchirée,
S’étire, dans son recommencement,
Un horizon que le lierre de mon verre
Tapisse de veines tiges allumées
Au sang de ma mélancolie criée,
Dans la roseraie de mer,
D’un midi incendiaire
Aux senteurs fêlées.




© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

10 commentaires:

  1. En lisant ce poème, j'entends ces rêves calcinés des harragas pour atteindre la roseraie, mais ils ne trouvent qu'épines salées,qui projettent leurs larmes!
    Tes poèmes n'ont pas de date inscrite, ils sont d'hier, d'aujourd'hui et de demain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sublime lecture que la tienne, cher Bizak. Oui, ils ont rêvé de la roseraie mais ne l'ont jamais vue! Paix à leur âme!

      Supprimer
  2. ...ils sont nos fleurs
    et l'univers s'y retrouve
    c'est beau Mokhtar

    quand je le lis
    je fais sauter tous les points et virgules!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Brigitte, j'aime quand tu retrouves la ponctuation intrinsèque, le souffle du poème et en plus,dit avec ta charmante ( au sens étymologique de Carmen!)voix de sublime chanteuse!

      Supprimer
  3. Je vais l' apprendre par coeur et le lire devant la tombe de Paul Valéry au cimetière marin de Sète, parfumé de roses trémières et baigné d' une suave mélancolie comme ces mots.Je te le promets!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Orfeenix, je sais que tu es une femme de parole! Merci pour cet honneur que tu offres à mon poème. C'est une nouvelle naissance que tu lui offres!

      Supprimer
    2. ô Orfeenix ... superbe...à Sète il y a en été ce festival réservé aux poètes de la méditerranée http://www.voixvivesmediterranee.com/fr/Le_Festival/Editorial.php
      Mokhtar les as-tu contacté?

      Supprimer
    3. Oh! Merci , chère Brigitte , de m'en informer! Je vais, de ce pas les contacter!
      Ah! si on pouvait nous y voir, nous tous!Cela serait fantastique!

      Supprimer