samedi 12 janvier 2013

L'emmurée



Martin Eichinger



Derrière ce mur tout blanc,
Je devine la nuit de tes lèvres,
Le voyage de ton désir ligoté
Dans ta langue enflammée
Qui éclate dans le fracas
De ton appel que tu ravales,
Au creux des cris de tes supplices !
Murs ! Murs ! Murs ! Murs !
Naissance de soleils arrêtée !
Derrière ce mur tout blanc,
Dans ta nuit ambulante,
Tu deviens, impuissante,
Paquets de marbres,
Silences, peurs et soumissions !
Derrière ce mur, bien loin des arbres,
D’autres murs, sous terre,
T’enserrent, t’enterrent
Dans les spirales, tout en vaines prières,
De tes silences de momie !
Bouquets de braises endormies
Que seul le souffle de l’amour, ma belle,
Pourra rallumer en une infinité d’ailes !


© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"


15 commentaires:

  1. Jolie rêverie sur le mythe de Pygmalion cher à mon coeur! Tes mots sans aucun doute, ont le pouvoir de réveiller les statues!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beau chercher, je n'ai pas plus beaux mots que notre amie Orfeenix pour le moment et comme toujours dans ses commentaires, elle fait mouche. Bon dimanche à vous deux.

      Supprimer
    2. Et bien, voilà, tu as trouvé! Bon dimanche à toi aussi, chère Rouge!

      Supprimer
    3. Je ne connaissais pas le mythe de Pygmalion. Très intéressant! Merci pour la piste. Mes recherches sur ce mythe m’ont mené à l’effet Pygmalion. Fort tripatif aussi.

      Supprimer
    4. Elle est très fortiche,la poétesse et professeure Orfeenix, c'est de l'or culturel pur!

      Supprimer
  2. Chère Orfeenix, comme ton coeur sait choisir ses mythes! Toutes ces statues qui vont se réveiller! Cela va faire tant de bruit dans les musées! Pour les entendre nous parler, nous leur offrirons nos mots, ensemble, pour les libérer!

    RépondreSupprimer
  3. Salamoualikoum!

    Mokhtar ! Quel grand rêve ! C'est un magnifique poème. Au passage, je tiens à souligner que ton opinion au sujet du blogue, exprimée chez Blue, est d'un enthousiasme, d'une lucidité et d'une beauté merveilleux.

    RépondreSupprimer
  4. Waâlaykom essalam,Guillaume!
    merci, l'ami, d'apprécier ce poème et mon point de vue sur la "blogance".

    RépondreSupprimer
  5. Je me suis tellement longtemps sentie emmurée comme cette belle de Martin... Et seul le souffle de l'amour, c'est vrai me sort de cette torpeur dans laquelle on m'a plongée enfant. Parfois c'est étrange, j'ai le sentiment que la pierre revient pour m'enfermer de nouveau et je lutte comme une malheureuse pour éviter le dessèchement et le durcissement, la perte de cette eau qui me donne vie. J'ai besoin d'amour, comme tout à chacun je pense, pour me sentir vivante mais j'en ai d'autant plus besoin que d'en avoir manqué a laissé une blessure béante, toujours si difficile à résorber. Je reçois de l'amour, j'en donne, et ça n'est pourtant jamais assez. Ma forme humaine me semble si fragile et si imparfaite et pourtant si nécessaire pour être.

    RépondreSupprimer
  6. Chère Blue,vive l'amour libérateur et salvateur!

    RépondreSupprimer
  7. « Vive l'amour libérateur et salvateur! »

    Disons le plus haut, plus fort, plus souvent — sans gêne surtout, et parlons-en à coeur ouvert comme vous le faites si bien, Helena et toi.

    RépondreSupprimer
  8. Encore une fois , Michael: VIVE L'AMOUR LIBERATEUR ET SALVATEUR!

    RépondreSupprimer
  9. "Refermons les portes de l’Enfer
    L’homme est entré en matière." Yule-04.2011
    Les formes que l'on donne à l'esprit qui nous anime !..
    Très beau texte Mokhtar! Merci !

    RépondreSupprimer
  10. Chère Astrid, merci, à toi aussi, de cette si profonde réflexion!

    RépondreSupprimer