samedi 5 janvier 2013

Miroirs

Miroir   André Masson


                                                                                                                           A ces songes de la mer dont les vagues colportent la rumeur




Ô miroirs !
Engloutissez, donc, ma mémoire,
Dans vos veines de tain et de lumière.
Là-bas,
Dans le jardin des échos,
Arrosé des plaintes des vagues,
Je dévalerai la plaine de l’oubli
Où j’ai laissé fleurir un coquelicot,
Pour ma muse
Qu’un peintre agonisant a étranglée.
D’elle, me parvient
Le parfum ensanglanté
De toiles inachevées.
C’est dans le lait de ses rêves
Qu’ont fleuri le cube et la sphère.
Ô interstices du monde !
Laissez-moi, donc, percer
Ses inaudibles secrets !





© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

13 commentaires:

  1. Il faudrait penser à faire traverser ce magnifique livre chez nous, chez un de nos libraires. Ce sont de magnifiques poèmes que tu nous mets, un après l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Rouge, je n'y manquerai certainement pas. Il faudrait, au début, que je réimprime ( Je dois remplir ma tirelire, pour cela) ; en plus, je devrai trouver un diffuseur qui se chargerait de la distribution à l'étranger. Ce n'est pas du tout simple. En attendant, je donne une chance à mes poèmes d'exister et d'être lus. C'est vraiment l'essentiel pour moi! Tu sais bien la marginalisation dont souffre, aujourd'hui, la poésie et puis je ne vais pas attendre, un millénaire, la bénédiction d'un hypothétique éditeur. Vous faire parvenir mes poèmes c'est ça le plus important, pour moi! Je sais que, malheureusement, les éditeurs ne cherchent que les feux-follets et les scoops des scandales politiques. Quelle régression tragique! Un jour, je demande à "un libraire" chez qui j'ai mis en dépôt quelques exemplaires une sorte d'état des lieux, il me répond: "Maintenant, la priorité est à la politique et non à la poésie!"
      C'est tellement dégoûtant et ignoblement ignare. No comment. J'ai compris que le blog pouvait être un radeau de survie. Merci à toi d'aimer ce que j'écris, chère Rojita!

      Supprimer
    2. Bonjour Mokhtar

      J'aime beaucoup tes poèmes, mais j'aime aussi ta réponse qui est à la fois franche, réaliste et généreuse, le reflet d'un authentique poète !

      Amitiés
      Serge

      Supprimer
    3. Bonjour Serge,
      C'est exactement mon crédo et ma ligne de conduite que la franchise. Chez nous , il y a un proverbe qui dit que la corde du menteur est courte. Moi, j'ai choisi celle longue de la communication transparente, authentique et sincère. Merci de tes incessants encouragements, cher ami.

      Supprimer
  2. Oui, je comprend. L'imaginaire est en voie d'extinction, pense ben ou du moins, je crois que c'est le grand combat du capitaliste. Faire de la masse des zombies décérébrés. ;(

    RépondreSupprimer
  3. A nous de dé-zombifier, alors! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Mais chaque création est une arme contre le tueur de rêve. Je me suis toujours dite que c'était la seule arme efficace et pacifique. Continuons, oui.

      Supprimer
    2. Aussi efficace que le chant des noirs dans les champs de coton. C'est par la musique, l'art que c'est fait leur révolution et non les armes. Remarquable. C'est ce que le Dalai Lama a oublié de léguer à son peuple en lui imposant cette passivité. Ils ont été abandonnés, sans possibilité de dire ou de transmettre. Triste.

      Supprimer
    3. Merci, La Rouge, de rappeler si bien les sillons profonds que nous offre l'art pour semer nos grains contre tous les assassins de l'espoir et du rêve. Nos armes à nous sont nos plumes, nos pinceaux, nos caméras, etc, chargés d'amour et de tolérance!

      Supprimer
  4. Merci, Mokhtar, pour ce très touchant poème que je prends pour cadeau de Nouvel An.
    Je te souhaite une belle année en création.
    Fraternellement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  5. Merci,Roger, mon frère, d'aimer mon poème , toi le poète-jardinier si sensible et si fin qui ne cesse de nous émerveiller par ces féeriques strophes magiquement jardinées! A ta façon , tu es un grand semeur d'amour, de tolérance et de paix. Ce sont tous mes poèmes que je t'offre pour ce Nouvel An!

    RépondreSupprimer
  6. Cher Mokhtar miroir de nos coeurs
    puissions-nous entendre ces secrets
    et voilà que je continue avec joie
    à te découvrir pas à pas

    RépondreSupprimer
  7. Chère Brigitte , merci de ta si douce présence!

    RépondreSupprimer