vendredi 25 janvier 2013

Paume-port

Youssef Zouhari





Pluie d’algues flamboyantes,
Cirque d’astres rebelles
Giclant, sur mes yeux étoilés,
Dans le verglas acide de l’attente.

Je t’aime,
Soif inerte,
Oasis d’absence,
Dans la trame des jours noyés.

Où renaître ?
Dans ce lit d’aube,
Se caresse la tulipe aveugle.
Les cigales recomposent
Le printemps des ailes.
Les mouettes enterrent mes voyages.

Je te réclame,
Ivresse de Mai.
La bougie avale les veines
De ma paume-port sans voiles.
Rejaillit, alors, le souffle, amer ouragan des retrouvailles.
La tulipe allumée rêve,
Réverbère mystique,
Dans mes rues gelées.
Je lève le crâne du crépuscule
Pour boire à la colère de mes mésanges sidérées.



© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

13 commentaires:

  1. Ta poésie est toujours aussi imagée, surprenante, inattendue !
    L'émotion nous prend par la main : j'aime qu'elle me guide...
    Merci mon cher Mokhtar.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour tout cet amour que tu offres à ma poésie, mon cher ami Guillaume! Moi aussi, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Mokhtar quelle richesse, l'ivresse fait surgir des images surprenantes...qui nous entraînent à lire le monde d'un autre oeil...Merci et belle soirée à toi !


    RépondreSupprimer
  4. C'est surtout l'attention à tout ce qui nous entoure, Chère Brigitte, et son interaction avec une grande sensibilité qui nous enivrent et nous font pénétrer dans une sorte de transe expressive qui engendre ces images et les mots qui les disent.
    Néanmoins, "Cet autre oeil" demeurera toujours un grand mystère. Belle soirée à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  5. Oui.c'est un kaléidoscope de sons et d'images; la langue est si riche qu'elle oblige vraiment la lecture, la mise en mouvement des lèvres et du murmure. c'est là qu'elle m'entraîne. et son mouvement se crée en nous. Je comprends Vers du silence, Guillaume, quand il dit " j'aime qu'elle me guide"

    RépondreSupprimer
  6. Absolument, chère Brigitte, on sent une véritable joie, un inqualifiable bonheur, quand on rencontre les mots qu'on a l'impression d'avoir toujours attendus.

    RépondreSupprimer
  7. Je lis ..et savoure votre poésie d'images et d'harmonie

    RépondreSupprimer
  8. Je suis vraiment ravi que ma poésie te plaise, chère poétesse Lyse!

    RépondreSupprimer
  9. Je rêve à ce lit d'aube... Très beau texte, l'évasion se crée...

    RépondreSupprimer
  10. Tu fais bien d'en rêver, Sadaya ;-) car c'est le lit de toutes les renaissances. En effet, tu le dis éloquemment, chaque poète crée ses repères cosmogoniques et mythes, l'univers de ses escapades et voyages.

    RépondreSupprimer
  11. En effet ce n' est ni de la flamme ni du sang qui coule dans tes veines mais des torrents d' inspiration!

    RépondreSupprimer
  12. Chère Orfeenix, ce que tu dis de mon inspiration torrentielle m'offre flamme et sang! Merci.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Mokhtar,

    L'hypersensibilité donne à lire des mots à fleur d'âme qui mélangent passé, présent pour voir naître un avenir, un nouvel avenir.
    J'admire ta façon d'écrire si spontanée, si vraie, si émotionnellement tendre.

    Excellent week-end

    RépondreSupprimer