samedi 26 janvier 2013

Retours

August  Gillé




Sans verdict ni appel,
Perché au coin,
Le pigeon tremble.
Son duvet noyé de lumière
Reçoit le vent.
L’eau du mur suinte.
Il y a la mousse et ma barbe
Mais je n’ai pas entendu de roucoulement,
Comme si la lune s’effritait en grenade,
Sur la page refermée du ciel.

Des chameaux incendiés
Servaient de torches vives
Aux passeurs acérés.

Les volutes me prennent vers la nuance.
Tes cils supposent encore l’éclair.

A l’enfant qui agonise,
Dire l’étoile éclose
Où des sentes d’herbes fébriles
Tracent un itinéraire d’énigmes
Que les saxifrages gardent.

Les mouettes des désarrois,
Drossées par tant d’effluves,
Dessinent, lisses,
Comme des presqu’îles,
Les arabesques de l’absent.

Se grime alors, de feu,
Le phalène absorbé.

Qu’est-ce qu’aimer
Sinon naître à ceux qu’on aime ?

Les rues vacillent, du poids de leurs ombres.
Les larmes perlent, sur les réverbères
Ou n’est-ce que baves d’escargots ?

L’horizon, entre mes doigts, se faufile
Comme les exhalaisons d’une quenouille rebelle.








© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"



12 commentaires:

  1. Tes multiples naissances écrites ou non ont dû redonné vie à bien des déshérités condamnés, le verbe est efficace quand il boit à la source de l' âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. redonner,pardon pour ce " désaccord"!

      Supprimer
    2. D'accord.Tu es toute pardonnée, chère poétesse.

      Supprimer
  2. Chère Orfeenix, quel beau poème que ton commentaire! Merci,poétesse!

    RépondreSupprimer
  3. Belle explosion d'images! Un poème comme je les aime!

    RépondreSupprimer
  4. Chère Mango, ravi que ça te plaise!

    RépondreSupprimer
  5. Un magnifique poème comme toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Rouge, c'est vraiment un grand honneur pour moi d'être apprécié par une artiste de ton envergure. Merci.

      Supprimer
  6. Que dire qu'il doit faire bon poétiser sous ce bel astre jauni de bonheur.

    "Qu’est-ce qu’aimer
    Sinon naître à ceux qu’on aime ?"
    Ces deux vers résonnent et pourtant les mots ne viennent pas alors je vais les laisser ainsi caresser mes pensées le temps que je les assimile au coeur.

    Bravo Mokhtar
    et merci pour cette poésie si légère, aérienne, émotionnelle...


    RépondreSupprimer
  7. Oui, Moun, chère poétesse, laissons la poésie nous guider vers tous ses chemins de rencontres , d'amour, d'espérances et d'humanité!Bienvenue!

    RépondreSupprimer
  8. Grand Bonjour de l'océan Mokhtar, ce poème est vraiment de beauté
    "Les volutes me prennent vers la nuance.
    Tes cils supposent encore l’éclair."


    RépondreSupprimer
  9. Puisse ta rencontre avec l'océan, cher Brigitte, t'inspirer de beaux poèmes comme tu nous y a habitué!
    Ravi que le mien t'ait plu.

    RépondreSupprimer