mardi 19 février 2013

Appels



Yuri Tsvetaev






Ne me téléphone plus !
Ce matin, je suis pris par ma caravane de nuages crieurs
Qui dégrafent les sceaux de tant de prairies
Gardées par les fiers aigles des premiers orbes immaculés !


Mon numéro, je l’ai donné à cet arbre qui agonise,
Pour l’entendre me gémir
Sa complainte d’électrocuté,
Dans la nuit de ses nids incendiés!


Ne m’appelle plus !
Je me suis évaporé en senteurs d’algues
Immergées dans la sueur des éboueurs édentés,
Le long des boulevards carnivores sans échos
Lacérés par l’acide des sirènes, aboyant
En battue, derrière ma dispersion d’anges clochardisés
Par la bouse des comptes en banque cravatés
Qui cravachent les rêves de nos insomnies étoilées! 


Ne m’appelle plus
Mais crie ma gueule qui explose en pétales
Sacrifiés au cadavre incinéré de la dernière lune !


Gueule mes cris de mer plastifiée,
De poissons et d'oiseaux déboussolés
Par les Christophe Colomb des espoirs mazoutés
Englués dans les exponentielles des mensongères relances
Crachant leurs fers de lances
Aux millénaires bébés
Qui agonisent sans becquées !







© Mokhtar El Amraoui in "Nouveaux poèmes"

16 commentaires:

  1. "Ne m’appelle plus
    Mais crie ma gueule qui explose en pétales
    Sacrifiés au cadavre incinéré de la dernière lune !"

    vraiment magnifique... des mots évocateurs et percutants comme j'aimerais en avoir moi-même plus souvent... merci pour cette belle et constante intensité!

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup, mon cher ami le plumitif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mokhtar et merci pour ce cri contre les stupidités humaines, les massacres, les saccages faits à nous-mêmes autant qu'à notre maison-mère.

      Ton cri me fait penser à celui de Marceline Desbordes-Valmore "Les séparés" (N'écris pas) même si le cri est complètement différent mais tout aussi douloureux
      http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/marceline_desbordes_valmore/les_separes_n_ecris_pas.html

      Belle journée

      Supprimer
    2. Chère Moun, ceux qui détruisent la nature oublient l'effet boomerang! Merci de me faire découvrir ce beau poème de Marceline Desbordes-Valmore.

      Supprimer
    3. Comme tu aimes beaucoup la poésie, je te donne à lire aussi ceci qui interpelle et qui effraie aussi

      http://archipel-de-theo.over-blog.com/article-18976388.html

      Belle journée

      Supprimer
    4. Merci beaucoup, chère Moun.

      Supprimer
  3. D' accord, on ne se téléphone pas, mais on peut s' écrire quand même! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'en fais pas, chère Orfeenix, on peut faire les deux! :)

      Supprimer
  4. Mais si je n'appelle plus, je ne téléphone plus, puis-je envahir avec mes ailes déplumées, le ciel pour crier à tue tête à l'adresse de ces falsificateurs d'histoires: "foutez nous la paix avec vos sirènes assourdissantes!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais-les les trois, cher ami Bizak: appelle, crie et dénonce! Le reste concerne seulement une sorte de provocation pour attirer les gens vers les problèmes écologiques, entre autres, qui deviennent vraiment alarmants!

      Supprimer
  5. Un cri de détresse violent et poignant!
    Ces mots précisément me font penser tout à coup à un écrivain et poète marocain. As-tu lu "Les amandiers sont morts de leurs blessures" de Tahar Ben Jelloun, je pense que tu seras sensible à sa poésie...
    Je te souhaite une agréable et belle journée

    RépondreSupprimer
  6. Chère Kenza, c'est un cri lancé à la gueule de tous ceux qui détruisent de façon machiavéliquement impitoyable la nature! Je suis vraiment très content et honoré de t'avoir fait penser à Tahar Ben Jelloun.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime les cris, la torpeur qui s'exprime, les moments de rage et de révolte; pour moi ils sont plus puissants que mille appels à l'aide. Puissent tes mots trouver un écho, en tout cas ils sont partagés par les personnes qui te lisent mon cher Mokhtar. Merci pour cet écho de nos insomnies étoilées.

    RépondreSupprimer
  8. Ma chère Sadaya, tes mots si doux sont un véritable baume.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime ce poème et j'ai aimé le dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton appréciation , chère Blue et de ta sensibilité poétique.
      J'ai vainement tenté d'accompagner le poème par l'enregistrement que tu avais fait avec ta superbe voix. Apparemment, Blogspot n'accepte que les produits Youtube. J'espère juguler très vite ce pépin technique. Et encore une fois, merci d'aimer ma poésie.

      Supprimer