vendredi 22 février 2013

Ballet épistolaire

Alex alemany



Le papillon, là-bas, au loin, brille d’un dernier rire parfumé.


Ruissellement diamantin de souffles multicolores.
Bal et épi solaire.

L’or à grains se lève,
Dans les aguets d’airain du semeur.

Et le champ meuglant
Ponctue, de son parfum,
Le crépuscule poussant le soleil
Vers l’étable des cieux
Qui moulent le grain des mers.

Ah! cette farine moussant l’escalator des vagues,
Quand les poissons,
Tels des coquelicots,
Aux vents de mai, offrent leurs tiges d’écailles
Aux caprices d’une sirène ennuyée!




© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

10 commentaires:

  1. Bonjour Mokhtar,
    De bien jolies métaphores pour montrer la légèreté, le bien-vivre et le bien-être... C'est comme une recette de cuisine, il faut les bons ingrédients pour sublimer l'oeuvre.
    Tu es un maître-queue de la poésie

    Beau week-end

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, chère Moun,
    il n'y a de maître-queux que grâce au fin gourmet qui sait apprécier! Bonne dégustation poétique et délicieux week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, rho, la faute d'orthographe :) j'ai honte, je cours me cacher :)

      A bientôt,

      Supprimer
    2. :-)

      J'ai trouvé cette "faute" pleine de poésie...

      Supprimer
  3. Chère Moun, avec les homophones, ça arrive souvent, à tout le monde! A bientôt!

    RépondreSupprimer
  4. Un maître tout court si je puis dire, quel joli mariage entre la beauté bucolique du vent dans les blés et les lettres échangées au gré de l' inspiration, léger et profond!

    RépondreSupprimer
  5. Merci, cher poétesse Orfeenix. Tes mots me touchent énormément.Comme tu as bien senti le poème en profondeur!

    RépondreSupprimer
  6. Ruissellement diamantin de souffles multicolores.
    Bal et épi solaire.


    Quelle grâce!

    RépondreSupprimer
  7. Souvent je me tue à vouloir, trop comprendre, triturer les mots, les disséquer, mais rien à faire, je crains de rater l'essentiel dans le sens des mots d'un poème!
    Mais ce matin en suivant une émission sur le grand peintre français Pierre Soulages, j'ai eu cette réponse: "la poésie ne se fait pas avec des idées mais avec des mots!"
    Chacun lit les mots comme il l'entend!

    RépondreSupprimer
  8. Cher Bizak, ça soulage comme réponse!

    RépondreSupprimer