mercredi 6 février 2013

Chokri Belaïd, tu vis dans nos coeurs!

drapeau1






Le martyr  Chokri Belaïd



    Ce matin, une main lâche a froidement abattu le grand militant démocrate tunisien Chokri Belaïd  de quatre balles alors qu'il se rendait à son cabinet d'avocat . Ce que les assassins ont voulu faire taire chez le secrétaire général du Parti des Patriotes Démocrates Unifié et l'un des dirigeants du Front Populaire c'est son courage et son franc-parler. Chokri n'a jamais eu peur ni  des dictateurs ( Bourguiba et Ben Ali), ni de leurs sbires, ni des forces obscurantistes qui veulent, aujourd'hui, confisquer et tuer dans l'oeuf la révolution tunisienne! Il se démarquait par la force de ses arguments et sa très grande éloquence non pas d'avocat seulement mais celle aussi de la vérité généreuse et de la lumière: les deux valeurs qui ont toujours animé son militantisme. Les infâmes qui ont voulu le réduire au silence, ont pour dessein d'assassiner la révolution tunisienne. Sois sûr, cher Chokri, ils n'y parviendront jamais! Je t'offre ce poème qui  représente le rêve qui nous a toujours animés.




La commune rêvée



Ce commun des immortels
Que vous persécutez.
Ce commun des immortels que vous emprisonnez.
Ce commun des immortelles
Que vous prostituez.
Ce commun des immortels
Que vous paralysez.
Ce commun des immortels
Que vous méprisez.
Ces communes
Que vous ensanglantez.
Tous ces communs que vous assoiffez,
Ce commun du grand rien
Que vous torturez.
Ce commun de nos immortelles enfances,
Ces communs soudés comme un,
Comme un clavier tonnant
De vocalités vierges.
Ce commun des rues
Que vous torpillez,
Ce commun nu
Comme la beauté.
Ce commun que vous craignez,
Ce commun, cette commune
Qui fleurit à nos pieds.
Ce commun, cette commune que vous tuez.
Ce commun, cette commune
Qui vous font trembler.
Ce comme un, ce comme mille
Que vous encagez, que vous écrasez.
C’est comme un printemps
Qui fleurit dans nos têtes.
C’est comme une chanson
Qui se dit dans nos veines.
C’est comme un firmament
Qui se déplie sur nos ailes.
C’est comme un astre
Qui s’empourpre de nos aquarelles.
C’est comme un poème
Qui se chante dans la rue.
C’est comme une chanson
Qui s’allume dans mon oubli.
C’est comme une montagne qui refleurit
Nos coeurs bouquets,
Loin de vos banquets de guêpiers,
Loin de vos banques de négriers.
C’est comme un bateau
Qui revient en juillet.
C’est comme un poisson
Qui plane au-dessus de nos cerisiers.









© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"







28 commentaires:

  1. Mokhtar, je ne sais comment réagir vis-à-vis de ce que vivent aujourd'hui les Tunisiens, de cette révolution volée, mais je tiens à réagir sur ces morts inutiles, ces morts "politiques", ces morts qui veulent réduire au silence... Sont-ils si peu instruits pour croire un seul instant qu'un tel acte produira l'effet inverse ?

    Pensées pour ce monsieur et pour sa famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... je rectifie : ne pourra que produire l'effet inverse ? désolée

      Supprimer
  2. La Tunisie subit les soubresauts de sa révolution et il n'y a pas pire que l’intégrisme religieux pour foutre tout en l'air!
    Vingt deux ans de terreurs avec ces odieux fous de Dieu, n'ont rien épargné à mon pays l’Algérie.
    Ils ont bien choisis leurs cibles, ces criminels:"Les poètes, les journalistes, les avocats, les juges,les intellectuels, les artistes, les hommes de théâtre, les comédiens!
    Le meilleur hommage qu'on peut rendre à cet avocat assassiné, maître Bélaid, c'est l'unité, la solidarité et le rejet d'une manière absolue de leur projet infâme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher Bizak, pour ta solidarité!La lutte continue contre la nuit qui n'a absolument rien compris à la religion!

      Supprimer
  3. Merci, très chère Moun, pour tes condoléances.C'est précisément leur obscurité mentale qui remplit leurs coeurs ( en ont-ils un?)de Haine dont la mèche est très courte, ne t'en fais pas. Seule la lumière perdure! Toi, moi ,tous nos amis, nous autres porteurs de lumière, nous demeurerons!

    RépondreSupprimer
  4. Un homme est mort qui n’avait pour défense
    Que ses bras ouverts à la vie
    Un homme est mort qui n’avait d’autre route
    Que celle où l’on hait les fusils
    Un homme est mort qui continue la lutte
    Contre la mort contre l’oubli.

    Car tout ce qu’il voulait
    Nous le voulions aussi
    Nous le voulons aujourd’hui
    Que le bonheur soit la lumière
    Au fond des yeux au fond du cœur
    Et la justice sur la terre.

    Paul Eluard


    Avec toute ma solidarité au peuple Tunisien meurtri

    Serge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ta solidarité, très cher Serge! Oui, il avait beaucoup de points communs avec Gabriel Péri: l'amour de la vérité et le courage! Tu as raison de le mentionner.

      Supprimer
  5. Ils cherchent à nous confisquer la révolution, à intimider les femmes et les hommes libres. Ils ne passeront pas !

    RépondreSupprimer
  6. Absolument, cher ami Jalel! Tous unis, nous ne les laisserons jamais passer!

    RépondreSupprimer
  7. En violence ou en douceur,
    du Nord au Sud,
    nous partageons tous les mêmes malheurs.
    Je compatis.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  8. Merci, Joris pour tes nobles sentiments et ta solidarité.

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Merci beaucoup,chère Astrid de ta sympathie!

      Supprimer
  10. C'est effrayant et bien triste aussi. Mais il ne faut pas baisser les bras. Nous parlons tous d'une même voix et il faudra bien qu'elle soit entendue. Mes pensées sont avec toi et tous les hommes et femmes libres de Tunisie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta solidarité, chère Blue! Ne t'en fais pas. La Tunisie , grâce à ses enfants fidèles armés de lumière et de tolérance saura se libérer de ce putride cauchemar!

      Supprimer
  11. Solidaire je suis Mokhtar. Ce poème à Chokri Belaid est animé du souffle de toute la Tunisie!
    Ce "Comme" est ample. Marguerite Yourcenar ( si je me souviens bien) disait que c'était le plus beau mot de la langue Française, avec toi il s'envole hors du commun

    RépondreSupprimer
  12. Merci, chère Brigitte de ta solidarité. Tu as très bien saisi l'essence de mon poème.Tu es bien inspirée, comme d'habitude, chère poétesse: "OR DU COMME UN!" A eux seuls , ces quatre mots sont un sublime poème! Marguerite et toi avez tout à fait raison."Comme" est un sublime oiseau d'amour, de tolérance et de paix; c'est un élan vers l'Autre dans ce qui nous rapproche, tout en aimant les différences qui ne font que nous enrichir les uns les autres de leurs multiples et multipliées saveurs!
    Phonétiquement, il me fait penser au sublime "Come" , "Viens" anglais avec, en creux, ce M, homophone magique d' Aime. Nous parviendrons à vaincre,tous ensemble, le cauchemar, nous autres tisseurs de la grande et universelle toile d'Amour et de Lumière!

    RépondreSupprimer
  13. L'union des communs fait la force de la Vie, de l'Avenir, de la Paix ... Vos mots sont très beaux, très vrais.

    RépondreSupprimer
  14. Les tiens, aussi, sont sublimes, chère Annick. Merci de ta solidarité.

    RépondreSupprimer
  15. Rien de pire que l’obscurantisme religieux pour asservir tout un peuple. Ce crime est vraiment abominable car non seulement on a supprimé un homme de cœur qui n’avait pas peur de crier la vérité, un homme authentique donc, mais avec lui, ce sont tous les espoirs de la révolution qui sont ébranlés.

    En renversant Ben Ali, le peuple tunisien a été sincère jusqu’au bout. Mais voilà que les résultats ne sont pas ceux que l’on escomptait. Ce qui me chagrine au plus haut point c’est que je reste persuadé que l’Occident auquel j’appartiens (ou plus exactement ceux qui sont à la tête de cet Occident, autrement dit les valets du Capital) approuve tacitement la mainmise des Salafistes sur le monde arabe. Peut-être même l’ont-ils préparée. Plus besoin de soutenir des dictateurs pour opprimer les peuples, ces mêmes peuples ont élu démocratiquement leurs nouveau maîtres, maîtres qui vont les asservir plus encore que ceux qui les ont précédés. Cela s’appelle du machiavélisme politique.

    Il reste à espérer que le peuple tunisien va se soulever une seconde fois car tout l’acquis de la révolution semble remis en cause et la démocratie bien menacée, sans parler de liberté d’expression.

    Hommage à Chokri Belaïd, martyr d’une cause juste. Hommage au peuple tunisien qui ne mérite pas l’asservissement auquel on veut le contraindre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les obscurantistes, cher Feuilly, ne comprennent absolument rien à la religion! Néanmoins, je suis pour sa séparation d'avec la politique. Ils appliquent un agenda complètement exogène aux spécificités d'amour, de tolérance et d'ouverture qui ont toujours , durant des millénaires, caractérisé le peuple tunisien. Ce lâche assassinat a déjà réveillé plein d'anti-corps , chez les Tunisiens pour protéger jusqu'au bout leur révolution. Pour tout le reste, je partage ton point de vue. Venceremos!

      Supprimer
    2. Voous avez raison, ces obscurantistes ne comprennent rien à la religion, qu'ils dénaturent complètement. Mais leur sectarisme les rend dangereux car ils sont persuadés d'avoir raison et au nom de Dieu ils sont disposés à tuer.

      Supprimer
    3. On démystifie, sans relâche, ce sectarisme!

      Supprimer
  16. On peut hélas tuer un homme mais on ne fera jamais taire la vérité poétique, reçois toute ma sympathie dans ta lutte contre l' injustice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le martyr Chokri Belaïd était aussi poète. Absolument, chère Orfeenix, la vérité poétique ne meurt jamais car elle habite les coeurs des êtres humains et éclaire leurs pulsations à travers les générations!

      Supprimer
  17. Mon cher Mokhtar,
    mes sincères pensées s'envolent vers toi.
    J'espère qu'elles se transformeront en colombes de paix, de liberté et de justice !
    Je t'embrasse fraternellement !

    Guillaume

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes nobles pensées, cher frère Guillaume. Je t'embrasse.

      Supprimer