jeudi 14 février 2013

Femmes!

Basma Khalfaoui
   

     A l'occasion de la Saint-Valentin, je vous offre, femmes du monde entier, ce poème parce que, du plus profond de mon être, je vous aime et respecte car vous êtes l'intarissable sève qui rime avec tous les beaux  rêves. Et pour vous représenter toutes, j'ai choisi une très grande dame tunisienne, Basma Khalfaoui, épouse du grand militant, le martyr de la liberté, Chokri Belaïd. Cette femme vous représente toutes car elle symbolise votre dignité et courage à relever tous les défis ainsi que votre refus radical de toutes les formes d'esclavage! Femmes, merci! 



Femmes!


L'impossible ne peut être femmes!
Nous aurons toujours la taille de nos rêves !

Nous rejoindrons, de notre florale impatience,
Dans la lumière de nos espérances,
Le suc flamboyant des étoiles
Et le rire assourdissant des dansantes comètes !

Nos fièvres habillées des houles des naissances
Nous offriront, comme toujours, tout ce temps
Pour  tisser, dans nos profondeurs ailées, 
Tous ces fruits volants de l’amour
Qui naissent et s’abritent au creux de nos reins,
En amples saisons tracées au miel des matins,
S’élevant des caresses de nos mains !

Femmes !
Flammes d’amour et de paix!
Ecrites par tous les éléments,
Nous réchauffons, de nos racines,
Toutes ces tiges d'or qui poussent
Couronnées, dans la mousse de nos rêves,
Par les ascendantes douces gerbes ailées de notre sève!

Femmes!
Le possible est aussi  femmes!







© Mokhtar El Amraoui  in " Le souffle des ressacs" 






14 commentaires:

  1. C' est la plus jolie chose que j' aie lue aujourd'hui, merci pour ce bouquet de fleurs, quel gentleman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, chère Orfeenix; tu es une véritable gentlewoman. Vous méritez les plus beaux bouquets du monde pour tout ce que vous nous offrez, chaque jour.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Absolument, cher ami! Qui dit femmes dit vie!

      Supprimer
  3. Bonjour Mokhtar,
    Que dire de ce vibrant hommage fait aux femmes dont j'ai la chance de partager l'identité ?
    Nous avons la force de l'amour, de la naissance et de la paix et je me demande encore pourquoi nous ne dirigeons pas le monde :)

    Merci pour ces jolis mots

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous méritez tous les hommages, chère Moun et ça sera toujours trop peu pour vous remercier!
      Puisque le patriarcat s'est avéré n'être que guerres, échecs et sinistroses, vivement le matriarcat!
      Belle journée à toi aussi.

      Supprimer
  4. J'ai toujours pensé qu'il était plus juste de glorifier le "féminin" plutôt que les femmes. Tout le monde m'aura compris.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord, cher Claudio, avec cette extension ontologique. Encore faut-il, je crois, commencer par les femmes pour glorifier le féminin.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Mokhtar pour ton regard. Dans chacune et chacun se trouve un possible. Aimer et protéger nos possibles devrait être chaque matin notre profession d'humain. En marche, Basma Khalfaoui nous invite à en prendre le chemin. Amitiés. Astrid

    RépondreSupprimer
  7. Absolument d'accord avec toi, chère Astrid! Il faut croire à nos possibles et les conjuguer à l'espoir nécessaire, afin de multiplier nos chances de lumière et d'épanouissement! Toutes mes amitiés.

    RépondreSupprimer
  8. magic21:55

    merci de ce hommage et respect aux femmes je n'en doute guère de tes penseés pures et aimables je sais que la femme en tunisie a sa place dans la socitée grace à Bourguiba et j'espere que leurs chemains ne sera pas barrées dans ces moments ou la tunisie cherche le bon voie ;merci encore une fois et tout mes sinceres respects aux femmes du monde

    RépondreSupprimer
  9. Je suis vraiment content,magic, que cet hommage mérité t'ait plu.

    RépondreSupprimer
  10. magic23:23

    ne fait pas attention aux fautes d'orthographes des fois j'écris vite sans faire attention lorsqu'il s'agit de conversation merci

    RépondreSupprimer
  11. Ne t'en fais surtout pas , Magic; tout le monde commet des lapsus, dans la précipitation de la conversation.

    RépondreSupprimer