jeudi 28 février 2013

La becquée



Arlette B.  Sandre




Ils viennent les vautours
Aux lunettes académiques
Nous tendre leurs becs philanthropiques,
Leurs becs parfumés de sang frais,
Pour nous donner
La becquée civilisatrice,
La becquée technologique,
A nous,
Becs-bicots,
Becs secs bourricots.

Ils viennent nous donner
La becquée-art
La becquée-dollar
La becquée-science
La becquée-culture
La becquée-paix
La becquée-liberté
La becquée- hasch
La becquée -bombe H
La becquée-sous-traitance
La becquée- inflation
La becquée-chômage
La becquée-bidonvilles
La becquée-crachats
La becquée-pillages
La becquée-mensonges
La becquée-taules
La becquée -bourreaux
La becquée-barreaux
La becquée-bureaux d’anthropométrie pour zouaves-négros

Je songe à leurs becs qui partent
Et qui come back
A leurs becs-bombes
A leurs becs-mitrailles
A leurs becs-canons
A leurs becs-napalm
A leurs becs qui repartent bourrés
De blé, d’huile, de gaz,
De pétrole, d’or, de cuivre, de phosphate
Et de jeunes pour toutes sortes de corvées
Grises, noires et blanches camouflées.

Je songe à leurs putrides becs
Proférant injures et menaces.
Je songe aussi
A nos becs secs
Nos becs bicots
Qui ont faim,
Qui ont froid,
Nos becs de proies
Pour grands becs trusts !
Mais, de nos becs bicots,
Commencent à sortir
Les gazouillis des grandes colères !



© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"



15 commentaires:

  1. Un nouveau genre de becs à barbecue est apparu, ruisselants de sang des innocents, semant la zizanie et jurant que nos âmes sont impures!

    RépondreSupprimer
  2. @Bizak
    Ces nouveaux becs, comme tu le dis, sont dialectiquement et étroitement liés aux autres puisque les Américains, les premiers les avaient utilisés dans leur guerre contre le communisme.

    RépondreSupprimer
  3. Remarquable pamphlet contre le mondialisme, un verbe aussi efficace finira par leur clouer le bec...

    RépondreSupprimer
  4. Bravo, chère et sublime Orfeenix, tu m'as très bien compris!

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Mokhtar

    Chomsky a dit "La propagande est à la démocratie ce que la torture est aux dictature"
    La becquée des vautours ultra libéraux n'a rien à envier à l'ombre noire des corbeaux sur nos plaines. Seule l'entrée en résonnance des gazouillis pourra leur briser les ailes.

    Fraternelles amitiés

    Serge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument, mon cher ami Serge, il ne faut pas désespérer et luttons, chacun à sa manière, contre cet ultra-libéralisme sauvage qui pille et exploite impitoyablement les catégories sociales les plus démunies dans le monde entier.

      Supprimer
  6. Anonyme22:38

    Bonsoir Mokhtar

    "Partir.
    Comme il y a des hommes-hyènes et des hommes-
    panthères, je serais un homme-juif
    un homme-cafre
    un homme-hindou-de-Calcutta
    un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas

    l'homme-famine, l'homme-insulte, l'homme-torture
    on pouvait à n'importe quel moment le saisir le rouer
    de coups, le tuer - parfaitement le tuer - sans avoir
    de compte à rendre à personne sans avoir d'excuses à présenter à personne
    un homme-juif
    un homme-pogrom
    un chiot
    un mendigot

    mais est-ce qu'on tue le Remords, beau comme la
    face de stupeur d'une dame anglaise qui trouverait
    dans sa soupière un crâne de Hottentot ?"

    Aimé Césaire.

    Enchanté de ce passage ici...Belles vibrations...


    Maxence.

    http://przyborowski.unblog.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maxence et bienvenu
      Tu as bien fait de citer Aimé Césaire et c'est un très grand honneur pour moi que mon poème t'ait rappelé ce grand chantre de la négritude et ardent défenseur de la liberté et de la justice.

      Supprimer
  7. Vous ici...C' est le cercle des poètes réapparus...

    RépondreSupprimer
  8. Mokhtar, tu es un grand un très grand percussionniste ! Que le son de ton tambour chasse les vautours! Ton texte est magnifiquement puissant. N'arrête pas mon Ami, n'arrête pas de tambouriner !

    RépondreSupprimer
  9. Merci, chère Astrid, d'avoir si bien perçu cette percussion africaine de mon poème-tambour.
    Tambourinons du Sud au Nord, tams-tams mêlés pour "dégager" à jamais ces vautours!

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme20:23

    Bonsoir Mokhtar,

    Merci pour ton accueil,

    Ta façon de casser la métrique du vers et ta maitrîse de l'énumération, donnent à ta Poésie une authenticité, une vérité, une musicalité que j'aime beaucoup...Une modernité bienvenue...Un Vrai souffle...

    J'aime aussi les percussions, de celles, notamment, que l'on faisait vibrer sur l'Acropole, lors des grandes catharsis...

    Poétiquement,

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Maxence,
    Quelle pertinente analyse et empathique perception qui prouve une grande connaissance des voies de poiein! C'est vraiment un grand honneur et bonheur, pour moi, de vous recevoir dans mon blog.

    RépondreSupprimer
  12. Anonyme22:55

    Bonsoir Mokhtar,

    J'ai le vouvoiement facile, mais le tutoiement tellement sacré...J'espère que vous ne m'en voudrez pas...

    Poétiquement,

    Maxence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que l'on se tutoie, Maxence et vive la proximité poétique!

      Supprimer