mardi 12 février 2013

L'oeil du dormeur


                                                                                                                   


Le lac et la montagne Ichkeul ( à 10 km de Mateur,  ma ville natale )  




                                                                                                                        Pour l'Ichkeul




Le premier cercle fut vite oublié
Etait-ce bivouac, circonscription rituelle
Ou rien que le projet d’un cadran solaire ?

Un poète y a été enterré,
Riant de plumes
Mais personne ne sut que, dans son oubli,
Il revenait y tracer les mêmes rayons.

Est-ce de l’obsessionnel massacre
Qu’ils gardent, tous, la trajectoire ?
Alors, pour quelle incantation s’ouvrent
Toutes ces bouches,
Toutes ces fleurs des branches ?
Que retient franchement l’oeil du dormeur,
Quand il s’ouvre à peine
Sur un vol de départ ?
Solennelles rémiges gonflées de vagues
Et de blés écaillés .

C’est jeu d’âmes,
C’est pour cela, surtout,
Que les deux bras ne sont jamais
A égale distance du coeur.

L’écho migre dans la caravane des serres
Et les fruits repoussent les becs incendiaires,
Dans les vergers des hallucinations.

Au point de connivence
De l’ombre et de la source,
S’épanche la treille,
Sur le rebord nord du tombeau
Et le premier cri,
Comme d’un duvet de premier ciel,
Demeure l’énigme jusqu’au chat qui s’étire,
Avant de survoler le mur
De la nuit naissante,
Dans le fracas de verre
D’étoiles titubant
De rêves et de lumières.









© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"




8 commentaires:

  1. Magnifique mise en abyme de la poésie qui est le langage parfait.Le poète et prêtre, mathématicien et musicien, il comprend la logique des contraires, il est le cri et le chant, l' agonie et la renaissance.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, très chère poétesse Orfeenix, de ce bel hommage que tu rends à la poésie et plus précisément à mon poème. Merci de sentir si profondément (L'abyme!)et pertinemment ce que j'écris.

    RépondreSupprimer
  3. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Un petit bonjour amical
    en ce mercredi matin ...
    Je découvre ton blog et je suis ravie !

    Ce poème est MAGNIFIQUE !!!!
    et j'aime beaucoup aussi la photo qui l'accompagne !
    Ce lac à côté de ta ville natale est très beau !!!

    Je te souhaite une belle journée Mokhtar !
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue dans mon blog, chère Nancy; c'est une très grande joie et un très grand honneur pour moi. J'ai aussi découvert le tien qui est vraiment magique. Ah! La Thaïlande! Merci d'apprécier mon poème. Oui, le lac Ichkeul est fascinant. C'est un immense parc naturel protégé mondialement et un haut lieu de migration d'oiseaux. En hiver, le lac est alimenté par les eaux douces des oueds et en été par l'eau salée de la mer.N'oublions pas que Frederic Mitterand y a tourné "Madame Buterfly" en 1995. Voici une url pour de plus amples informations: http://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Ichkeul. Très belle journée à toi aussi.

      Supprimer
  4. Bonjour Mokhtar,
    La poésie ne meurt jamais avec le poète, elle traverse la terre, les années, les siècles et donne à réfléchir à plusieurs générations pour peu que celles-ci veuillent bien se pencher sur les mots et leur substantifique moelle.

    Sachons regarder, lire les messages anciens et déguster les fruits offerts.

    Belle journée
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument, chère Moun, la poésie a cette grande force de vaincre l'oubli et la mort.
      Belle journée à toi aussi et à très bientôt.

      Supprimer
  5. La terre s'enrichit de nos morts et les poètes le perçoivent qui comme toi, en font le rapprochement.
    Ton poème est d'une grande beauté.

    Roger

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup, cher ami Roger. Toi, le grand poète-jardinier , je suis sûr que le Parc de l'Ichkeul te plaira et inspirera énormément.

    RépondreSupprimer