mardi 5 mars 2013

Exode






Ecoute, là-bas,
Les oiseaux qui ne chantent plus,
Les roses qui ne poussent plus,
Les enfants qui ne jouent plus,
Dehors, dans les rues.
Là-bas, grands et petits,
Ils sont partis.
Dans leurs mains vides,
Ils tiennent des épis.






© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"




6 commentaires:

  1. Anonyme21:36

    Bonsoir Mokhtar,

    En écho à ce beau poème :

    LIBERTE

    Quand le soeil se couche au loin sur l'océan,
    Je voudrais m'envoler et décoller de terre,
    Explorer les recoins des nations étrangères,
    Vers lesquelles s'en vont les altiers goélands

    Je voudrais que le vent
    M'arrache et me transporte
    En d'autres lieux qu'ici
    En d'autres temps qu'alors
    Je voudrais être libre
    Et passer d'autres portes,
    Pour contempler du Ciel
    Aux nuances vermeilles
    Ce monde de tyrans qui peu à peu
    S'endort...

    Poétiquement,

    Maxence.
    Les Récits de nulle-Part (extrait)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bel écho à mon poème, cher ami Maxence! Merci pour ce superbe cadeau!

      Supprimer
  2. Et l'espoir, l'amitié et l'amour vont un jour refleurir de leur mains pleines de graine...

    RépondreSupprimer
  3. Merci, chère Blue, pour ces mots essentiels qui devraient guider l'univers. En tout cas,nous y oeuvrons, toi, moi et tous nos amis!

    RépondreSupprimer
  4. L'espoir de la liberté fait faire de belles moissons... Arrivera le jour où le blé sera bon à récolter et là, le vent transportera de plus en plus loin toutes les graines qui germeront à leur tour et le monde tournera bien plus rond.

    A bientôt Mokhtar

    RépondreSupprimer
  5. Chère Moun,puissent ces graines libres germer partout dans le monde!
    A très bientôt

    RépondreSupprimer