lundi 4 mars 2013

Le gentlemâne

Photo d'Ane référence 582989
Le gentlemâne du sultan





Un riche sultan, passionné de baudets,
A déposé sur la tête chauve de son âne,
Une couronne de fleurs bien triées.

Sur ses joues grises,
Il lui a mis de la poudre rose.

A son court cou, il a pendu
La canne d’un ancien lord déchu
Qu’il avait louée d’un musée.

Il a parfumé sa queue noire
D’une senteur de Paris,
L’unique pour les grands soirs !

De la paille, il n’en voulait plus !
Il a dû lui servir un breakfast anglais,
Du thé aux amandes
Et un narguilé de pacha bien parfumé.

Il lui a taillé,
Comme il le lui avait demandé,
Les moustaches en cornes de taureau.
« Mes nostalgies andalouses ! » s’est-il écrié,
En battant, de ses sabots,
Sur le marchepied de son carrosse, Olé,
La mesure de quelques pas de flamenco !

Seul un ample manteau
A pu dissimuler, tout de go,
Les errances de sa cinquième patte, le zigoto !

Après de longues veillées,
Un mélomane zélé a pu tirer,
De ses braiements saccadés,
La tonalité ironique des sirènes
Des bateaux chargés
D’huile et de blé bradés !

Il a dû lui apprendre
A compter l’argent,
Dans toutes les langues du vol,
A lire l’heure, tout le temps,
Sur les glaives décapitants des tyrans,
A prendre, malgré ses rires de comédien,
Des airs césariens,
A plaisanter à la Hollywood,
En mâchant du chewing-gum
Et brayant “home sweet home”
Devant l’explosion d’une bombe atomique
Américaine, au petit matin
Ou la tête tranchée d’un bébé palestinien
Qui n’y est pour rien !

Croyez-moi,
Ses efforts, l’entêté, n’ont pas été vains,
Car son âne s’est métamorphosé en gentlemâne !









© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"


8 commentaires:

  1. Bonjour!!
    Après la visite à votre blogue, Je l’ai trouvé très interessant et agréable!!
    Félicitations par votre travail!!
    Salutations de l’Algarve au Portugal!!

    Je vous invite à visiter mon blog
    http://viajaredescobrir.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Bienvenu,Paulo! Merci beaucoup de votre appréciation. Je vais, à mon tour, visiter et découvrir votre blog.

    RépondreSupprimer
  3. Une double lecture voire plus :) va savoir !
    J'aime néanmoins l'ironie, le sourire que ces mots provoquent même si la finalité n'a rien de marrant mais du révoltant et du lourd !

    Bonne journée Mokhtar

    RépondreSupprimer
  4. C'est le propre de la fable, chère Moun que d'inviter à plusieurs lectures!

    RépondreSupprimer
  5. Quelle imagination.....c'est génial, on lit ce poème comme une fable, j'adore les fables.
    Ton pauvre bourricot est devenu un bobo.....qui sait s'il avancera aussi avec la carotte ?
    Même les animaux se laissent tenter par les sirènes du bling bling ?

    Amitiés

    caroleone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton appréciation, chère Caroleone; ça sera, alors, un bourribobo! Question carottes, aux dernières "Hi-han news",il s'est mis au jus, mon gentlemâne et la fable continue!

      Supprimer
  6. caroleone22:13

    S'agit-il d'une satire ou bien existe t-il vraiment le bourribobo ?
    Je crains bien que comme cela m'arrive parfois dans les fables, ce sympathique âne ne cache une personne peu recommandable !
    Dis-moi tout !

    Amitiés


    caro

    RépondreSupprimer
  7. Chère Caro, c'est un néologisme que j'ai créé à partir de ton commentaire où tu as parlé du bourricot qui est devenu bobo. Tout simplement, le bourribobo serait le déraciné qui, après avoir été "lancé",oublie ses racines et origines.Comme tu le dis si bien c'est une satire.
    Toutes mes amitiés

    RépondreSupprimer