vendredi 29 mars 2013

Naissance des terres








Tomasz Alen Kopera



Atoll,
Ton sein qui fleurit ailé
Du lait de mon sang.
Il roucoule dans les veines de mon sextant,
Traçant la folie de la naissance des terres
Qui surgissent
Là,
Soudain,
En bouquets balsamiques
De darboukas, de tams-tams,
De chants, de transes, de fleurs,
Là où faillirent se noyer
Le rêve et la fièvre
D’une folle chevauchée sans ancre .






© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

8 commentaires:

  1. C' est grisant comme une épopée qui mènerait à la découverte du nouveau monde!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, chère Orfeenix, le souffle épique y est!

      Supprimer
  2. Une Ile pour un Il, la femme point d'ancrage de toute civilisation et quand le coeur fait boum-boum, explose, c'est l'apothéose, l'apocalypse de la solitude.

    Comme il faut toujours croire à l'amour, il vient souvent fleurir les chemins de solitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! l'amour,chère Moun, ce grand guérisseur! Ah! les boum-boum du coeur!

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup cette image...

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, chère Blue, je la trouve vraiment superbe.

    RépondreSupprimer