mardi 12 mars 2013

Promesse

Aigle botté




                                                                                                                       A mon ami d'enfance Mohsen Berriri*




De mes veines,
Mon ami l’oiseau,
Je te construirai une cage
Sans porte ni barreaux
Où, librement, tu chanteras
Tes chaudes mélodies !

Je t’offrirai de vastes champs fleuris
Arrosés de douces flambées de soleil
Qu’aucune serre de vautour n’effraye

Et tu passeras,
Libre, fier et fort,
Sous l’arc-en-ciel multicolore,
Pour danser, jusqu’à l’aurore,
Sur les rythmes de mes veines-lyres
Qui t’apprendront à rire
De tous les tyrans et de leurs sbires !



*Chanteur et bassiste du groupe les Aryems, à Sousse.




© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

8 commentaires:

  1. Bonjour Mokhtar,

    Une poésie pour chanter la liberté, cette liberté me semble-t-il gagnée dans la douleur, voire dans la disparition, dans la mort ?

    J'ai vu aux infos qu'un de tes compatriotes s'était immolé aujourd'hui... un de plus, mais quand cela s'arrêtera-t-il ?

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Chère Moun, comme tu le sais très bien , la poésie participe au combat pour la liberté. Cette dernière n'a jamais été un cadeau! C'est pour cela que la lutte continue. Malheureusement, beaucoup de gens complètement désespérés et face à l'absence de solutions réelles au chômage et les fausses promesses, recourent à ces actes extrêmes tels que l'immolation ou l'émigration clandestine; ils brûlent d'une autre manière!

    RépondreSupprimer
  3. Cette promesse, j'en ai besoin. Merci...

    RépondreSupprimer
  4. Je te la dédie à toi aussi,ma Promesse, l'ami Guillaume et à tous ceux qui rêvent de liberté!

    RépondreSupprimer
  5. Oui, on en a tous besoin... Ceux qui rêvent de liberté et qui n'osent pas y penser...

    RépondreSupprimer
  6. Absolument, chère Blue! La liberté, il faut oser y penser et lutter pour l'avoir!

    RépondreSupprimer
  7. Toi, tes racines et tes amis, comme tout cela est noble et beau!

    RépondreSupprimer
  8. Tes propos me touchent énormément,ma chère amie Orfeenix!

    RépondreSupprimer