mardi 26 mars 2013

Sage comme un clitoriphage




Scène d'excision en Egypte



                                                      A ceux qui en appellent à l'excision en Tunisie, cette petite fable





Dans le royaume des clitoriphages,
Il ne faut surtout pas parler de naufrage. 
Cela ne plairait pas aux marchands de suffrages
Ni aux honnêtes et pieux tueurs à gages
Qui ne pensent qu’à ton bien et sauvetage. 

Si jamais tu oses avoir faim, sauvage,
Apprends à manger, des yeux, le paysage.
Cela remplacera les plus succulentes viandes d’élevage
Et les plus délicieux fromages !
En tout cas, ça fera taire les plaintes de ton mécréant œsophage.

Dans le royaume des clitoriphages,
Ne suis surtout pas ces chiens d’insatisfaits : ils ont la rage.
Rends plutôt hommage à tous ses sages
Qui ont de belles barbes soyeuses comme des nuages
Et de dociles femmes sans visages.

Dans le royaume des clitoriphages,
C’est en se noyant qu’on apprend la nage !





© Mokhtar El Amraoui in « Nouveaux poèmes »

6 commentaires:

  1. Je ne peux qu'applaudir à ton dégoût, à ton cri de colère et de honte tant la mutilation stupide des femmes pour le plaisir unique de l'homme est tout simplement immonde... je me dis qu'ils devraient apprendre à aimer.

    S'ils aimaient leurs épouses et leurs filles, la chair de leur chair, la jugeote leur pousserait et ce serait un bien pour les femmes et pour l'humanité.

    Merci pour ce cri Mokhtar

    RépondreSupprimer
  2. C'est le moins que je puisse faire contre cet acte inhumain, chère Moun!

    RépondreSupprimer
  3. Tu as une langue bien pendue pour pousser des coups de gueule avec une telle sensualité suggérée!

    RépondreSupprimer
  4. La femme a droit à son clitoris, n'est -ce pas, chère Orfeenix. Sans lui, on ne pourrait plus parler d'aucune sensualité!

    RépondreSupprimer
  5. Le comble des zombis de tout bord, c'est de prendre la vie toujours dans le sens inverse du temps et des âges!Ils retournent vers les cavernes et le moyen âge pour stopper la vie,
    tellement ils ont horreur d'eux même. Ils voient la femme comme leur exutoire, car ils savent qu'elle donne la vie, les coprophages!


    RépondreSupprimer
  6. Tu as absolument raison, cher ami Bizak, ce sont des anti-femmes donc anti-vie! L'avenir est EVEnir, sans que la femme tombe dans l'autre extrême:celui de la haine de l'homme! Un juste équilibre!

    RépondreSupprimer