vendredi 26 avril 2013

Pastorale


Paysage pastoral Claude lorrain



Aux piaillements des premières lueurs,
Une seule phrase s’entortille,
Autour du bâton pèlerin,
Pour s’emparer de sa peau de sable,
Berger colmaté de rubans de ciel.
Quand il égrène le souffle des étoiles qui roucoulent,
L’oeil se donne aux nuits du monde,
Jusqu’au bonheur d’une larme qui sourit,
Qui fleurit au bout d’un sein tendu
Vers la gloire de la sève
D’une bouche nourrie aux questions.






© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

4 commentaires:

  1. Comme ce texte est subversif sans qu' il y paraisse! Le symbole de l' élevage et du berger qui veille est rendu désuet par les intellectuels citadins, merci de le réactualiser.

    RépondreSupprimer
  2. Chère Orfeenix, je vais aller jusqu'au bout de la subversion: je vais me faire berger!

    RépondreSupprimer
  3. Que ce rêve doux invite au voyage au milieu des étoiles. Des métaphores d'une poésie à couper le souffle, juste des respirations, des halètements de pur bonheur.

    Merci Mokhtar pour toutes ces délicatesses

    RépondreSupprimer
  4. Merci, chère Moun, pour la douceur de tes mots. Je suis très content que mon poème te plaise!

    RépondreSupprimer