jeudi 13 juin 2013

Mon amour






La vérité, pour se dire,
Embrasse tes lèvres.
Le soleil, pour briller,
Doit, chaque jour, se lever,
Des rayons de ton ombre.
Les étoiles, en colliers, se bousculent sans nombre,
Pour venir, assoiffées, boire, à ton cou, les coupes de lumière
Sans lesquelles elles ne  seraient que constellations sombres.
Quand leurs ailes se déploient,
Les oiseaux imitent ta voix,
Pour chanter mon amour pour toi,
Ses peines et ses joies.
Les dunes, en courbes, s’échinent dans tous les sens,
Pour imiter tes hanches qui, à chaque pas, dansent.
Jalouses de toi, toutes les mers, en colère, divaguent
Et des fléaux de leurs vagues,
Fouettent rageusement  les cieux
Qui ont caché, dans l’écrin de tes yeux,
Les diamants  les plus précieux.
Et moi, mon amour,
Depuis toujours,
De tous les joyaux de la terre,
C’est ton cœur que je préfère !





© Mokhtar El Amraoui in « Nouveaux poèmes »






6 commentaires:

  1. Superbe poème , Mokhtar !

    RépondreSupprimer
  2. Quelle femme résisterait à une telle déclaration!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce superbe compliment, chère Manouche!

      Supprimer
  3. Quelle musique, une vraie rivière de diamants!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis ravi que mon poème t'ait plu, chère Orfeenix!

    RépondreSupprimer