vendredi 18 octobre 2013

Tu l'es déjà!

Tableau trouvé sur le Net

Si tu étais un arbre,
Tu ne serais que l’arbre des arbres !
Tu abolirais toutes vaines disputes et inutiles palabres !
Tes fruits magiques, s’allumant tels candélabres,
Feraient s’évaporer, en une bouchée, toutes les épées, tous les sabres
Et leurs tragiques desseins si vils et si macabres !
Tes chants réchaufferaient le plus froid des marbres
Et, moi pégase, pour t’embrasser, dans mes rêves, me cabre
Et mes ailes assoiffées qui, épuisées, se délabrent
Renaîtraient, frémissantes, dans tes feuilles cinabre !
Si tu étais un arbre
Mais ne l’es-tu pas déjà, arbre des arbres ?


© Mokhtar El Amraoui in « Le souffle des ressacs »

10 commentaires:

  1. Bonsoir Mokhtar,
    Des rimes pas aisées, mais des rimes féminines donc elles doivent naître dans la douleur :) je plaisante.
    Merveilleux arbre que celui-ci, qui rassure, qui protège, qui aime, qui régénère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, chère Moun,
      Ta plaisanterie m'a bien amusé! Une belle douleur, sans masochisme aucun, d'autant plus qu'elle va à la rencontre du féminin! Merci d'aimer mon arbre! :-)

      Supprimer
  2. Quelle belle inspiration. La colombe de la paix déchiquetée est un terrible symbole .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère Manouche. Tes propos me touchent profondément. Voilà ce qu'il reste de cette pauvre colombe de la paix!

      Supprimer
  3. Je te souhaite d' être heureux au pied de ton arbre et fidèle à tes racines, que de forêts de symboles dans tes vers!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton si cher souhait, chère Orfeenix et de parvenir à bien déchiffrer mes symboles! :-)

      Supprimer
  4. D'où nous viennent ces fantassins obscurs qui tuent tout ce qui brillent, qui tuent tout ce qui poussent! L'arbre naît dans l'amour de celui ou celle qui répand l'espoir de voir naître la vie et ne saurait être celui qui cache la forêt de leur forfaiture!
    Ce poème est délicieux, je le souffle vers cet espoir de voir la Tunisie revivre et voir naître l'arbre.

    RépondreSupprimer
  5. On est là, mon ami Bizak, pour protéger la chère Tunisie contre tous ceux qui voudraient lui spolier son bonheur! A ma façon, entre autres, j'essaie d'y contribuer , à l'aide de ma poésie!

    RépondreSupprimer
  6. Quelle superbe poème, Mokhtar !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Blue, je suis si content qu'il te plaise!

      Supprimer