dimanche 21 septembre 2014

Conte marin

Tableau de Pascal Leroux


Le velours de la mer m’enroule jusqu’à la fleur du sémaphore.

Tu offres le lait de tes roses
Au pendule de la lune.
La mouette, dans son bal,
Invite des bateliers attardés
Que la mémoire des ports n’enchante plus.
Ils rament vers d’autres souvenirs
Sans écailles,
Sans échos,
Epelant un monde toujours nouveau
Et la chair bleue de l’océan
Aux rides de baves
Egrène,
Sous les vents,
Des chapelets de feu,
Le tintamarre des couleurs
Invite à d’étranges cènes
Où les commensaux racontent des fables
Au sang encore chaud.
Et les curieux,
Tels d’habiles phasmes,
Ecoutent, en soupirant,
Ces chants si mélodieux
Qui parlent d’azurs défrichés
Dans des nuits sans boussoles.

© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"

6 commentaires:

  1. Bonjour Mokhtar,

    Tu es vraiment un grand, un sublissime poète qui sait si bien ranger les mots(maux) dans le chant de la vie.
    Bravo et surtout merci pour ces merveilles à lire

    caro

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis si ému, Caro! Merci et ravi que mes poèmes te plaisent!

      Supprimer
  2. ...Et les sirènes qui te chantent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouiii! Ah! Les sirènes! Je sais que tu m'en promets qui ne me seront pas fatales mais salutaires! :-)

      Supprimer
  3. Splendide.
    Ces mots vibrent en moi comme une musique de violon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que ça te plaise, chère Célestine.

      Supprimer