lundi 12 octobre 2015

Berceuse pour ma bien-aimée

Hessam Abrishami

Viens dormir, ma douce colombe,
Ma bien-aimée!
Viens voyager,
Toi, mon amour si éreinté !

Je caresserai tes rêves de paix,
Tes cheveux qui racontent
Tant d’années de luttes, tant de veillées !

Laisse ton souffle, qui se libère, me réchauffer
De toutes ses lunes, de tous ses soleils !
Il couvrait tous leurs réveils, tous leurs sommeils,
De baisers, quand ils étaient,
Au milieu de la nuit, si effrayés,
Quand ils se réfugiaient, petits anges,
Dans le nid de tes insomnies, mon ange!

Ta radieuse patience, qui toujours rit,
Leur cachait tes peines et tes soucis.

Viens donc dormir, ma douce colombe,
Ma bien-aimée!

Je bercerai, toutes les nuits,
Ton corps qui a toujours bercé
Tant de vagues d’espoirs portés
Par les ailes de nouveaux fruits,
Ton corps qui cherche, aujourd'hui,
Un doux rivage où se reposer,
Pour se recomposer,
Après les fatigues de tant d'années!

Viens donc dormir, ma douce colombe,
Mon adorée!

Je te bercerai, jusqu’au sourire serein de ton arrivée
Au plus profond de mon cœur qui, jamais, n’a cessé de t’aimer !

© Mokhtar El Amraoui in "Nouveaux poèmes" 

4 commentaires:

  1. Le poème est si doux "après les fatigues de tant d'années"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la douceur de ton appréciation, chère Manouche.

      Supprimer
  2. Bonsoir Mokhtar

    Il en faut du temps pour qu'une colombe partie de Suède arrive en Tunisie ...
    Ne lui en veux pas, elle a tant d'escales oû se poser !

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de nos enfances
    Elle écrit son nom

    Amitiés

    Serge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Serge, mon poème montre très bien que je comprends et soulage sa fatigue! :-)

      Supprimer