lundi 4 avril 2016

Berceuse pour ma bien-aimée

Hessam Abrishami

Viens dormir, ma douce colombe,
Ma bien-aimée!
Viens voyager,
Toi, mon amour si éreinté !


Je caresserai tes rêves de paix,
Tes cheveux qui racontent
Tant d’années de luttes, tant de veillées !

Laisse ton souffle, qui se libère, me réchauffer
De toutes ses lunes, de tous ses soleils !
Il couvrait tous leurs réveils, tous leurs sommeils,
De baisers, quand ils étaient,
Au milieu de la nuit, si effrayés,
Quand ils se réfugiaient, petits anges,
Dans le nid de tes insomnies, mon ange!

Ta radieuse patience, qui toujours rit,
Leur cachait tes peines et tes soucis.

Viens donc dormir, ma douce colombe,
Ma bien-aimée!

Je bercerai, toutes les nuits,
Ton corps qui a toujours bercé
Tant de vagues d’espoirs portés
Par les ailes de nouveaux fruits,
Ton corps qui cherche, aujourd'hui,
Un doux rivage où se reposer,
Pour se recomposer,
Après les fatigues de tant d'années!

Viens donc dormir, ma douce colombe,
Mon adorée!
Je te bercerai, jusqu’au sourire serein de ton arrivée
Au plus profond de mon cœur qui, jamais, n’a cessé de t’aimer !

© Mokhtar El Amraoui in "Nouveaux poèmes"
 

5 commentaires:

  1. "La femme qui dort dans mon lit
    N'a plus vingt ans depuis longtemps"...

    RépondreSupprimer
  2. Les amours anciennes sont les plus belles, ce sont de jolis mots d'amour,cher ami poète!

    RépondreSupprimer
  3. Merci de ton appréciation, très chère amie poète. Je souscris entièrement à tes dires! :-)

    RépondreSupprimer
  4. La vie ne vieillit jamais - Les arbres rient toujours , donnent des fruits succulents de poésie et de fleurs -

    RépondreSupprimer