vendredi 22 avril 2016

LES CRIS DE LA TERRE



Empoisonnée, ensanglantée, minée,
Emprisonnée, calcinée, meurtrie,
Tu implores, Terre, en criant
De toutes tes racines- veines,
De tous tes fleuves et rivières,
L’Homme-l’ingrat,
D’arrêter tous ses crimes,
De te laisser continuer
Les chants de tes épopées
Portés par tes échos,
Entre monts et vallées,
Entre labours et cimes,
Entre grottes et forêts !

Empoisonnée, ensanglantée, minée,
Pourtant, tu lui offres encore
Ton eau qu’il assassine,
Tes arbres qu’il élimine !
Pourtant, tu coules encore
Roucoules, ton corps asphyxié,
En tes chemins de fleurs,
En tes rires de mer, en tes aires,
En tes champs, en tes déserts, rêveuses dunes !
Pourtant, ses impitoyables gaz brûlent encore tes pleurs !
L’ingrat rend de ses dards d’acier et de haine
Ton voyage d’amour impossible !
Terre ravagée, tu es son lâche trophée, sa cible !
Il ne sait que te violer, t’estropier, te polluer,
Bourreau aux bras pestilentiels,
Aux flammes de fiel !
Pourtant, tu lui offres encore
Ton sang, tes fruits, ton miel,
Tout l’argent, tout l’or de ton généreux ciel !


© Mokhtar El Amraoui in "Nouveaux poèmes"
Le 22/4/ 2016

8 commentaires:

  1. Magnifique poème, avec ce talent pour dire l'injuste sans haine.Quand on pense que c'est une minorité qui abîme et que la plupart des peuplades continuent de labourer artisanalement et de profiter des dons de la nature sans lui nuire, c'est encore plus rageant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'apprécier, chère Orfeenix. Oui, ces crimes sont commis par cette minorité cupide!

      Supprimer
  2. Quelle tristesse: nos enfants ne connaitront pas les beautés de la terre, telle qu'encore au siècle dernier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, ils hériteront d'une terre malade et polluée.

      Supprimer
  3. Magnifique ! « Terre ravagée, tu es son lâche trophée, sa cible ! » Ce magnifique vers est parfaitement représentatif de l'ensemble de ton poème et de cette vérité que tu dénonces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton appréciation, cher Guillaume.

      Supprimer
  4. Superbe poème que tu pourrais envoyer à tous les dirigeants du monde, qui se croient autorisés de mener notre planète dans le mur, au nom du profit;
    Belle semaine à toi, cher Mokhtar.
    En toute amitié fraternelle.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ton appréciation, cher frère-ami Roger!

      Supprimer