samedi 28 mai 2016

Ô Mère!

Bonne fête, les Mères!
 


Sun child  de Dora Hitz


Ô Mère !
Lait toujours ascendant,
Voyageur
Dans mes étoiles nécessaires
Conjuguées aux distances blessées de mon cri !
Ciel de mes yeux, yeux de mon ciel
Recousu de ses blessures larmoyantes
Pour reporter, de ta lymphe triomphante,
Ma folle errance et mes agonies !
Tu es les arbres candélabres
Qui m’éclairent tous ces chemins inextricables
De mes lourdes litanies d’incompris
Trébuchant de tant de chaînes,
Ombre prévenant mon possible aveuglement,
Seins aux aguets pour me rassurer,
Pour m’arracher au plus profond
De mes sauts anéantis
Et me faire renaître, entier,
Dans ton feu jamais brûlant,
M’offrant la juste chaleur
De ces mains des ans
Qui me caressent de leurs attentes,
De ce sang toujours prêt à me reprendre
De mes jours soliloques d’exilé
Sans échos !



© Mokhtar El Amraoui in " Le souffle des ressacs"
 

8 commentaires:

  1. Tu me fais pleurer d'émotion, seule la magie de tels mots, de ce langage dont tu es maître peut transcrire avec une telle perfection ce miracle de l'amour maternel, quel hymne sublime!

    RépondreSupprimer
  2. Merci, chère Orfeenix de tes si touchants mots.

    RépondreSupprimer
  3. Le rosier de ma mère
    Dans mon jardin fleurit
    Odorante présence

    RépondreSupprimer
  4. Super poème à la femme-mère , tout de filial amour , de respect et gentillesse -
    Amicalement à ta mère et à toi -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces mots si doux, monde indien.

      Supprimer