mercredi 12 avril 2017

SENTEUR DE COURBE


Giuseppe Arcimboldo


Juste un doigt sur la buée
Pour faire courir un arbre.
Une courbe est toujours
Une senteur à venir
Un saut élastique d’azur
Dépliant son accordéon de fleurs
Et le frémissement d’un appel
Qui te prend dans son sein mielleux !

© Mokhtar El Amraoui in «Le souffle des ressacs »

4 commentaires:

  1. Arcimboldo , tout un monde de fleurs et de fruits, lr rêve...

    RépondreSupprimer
  2. Quel bel élan surréaliste!L'harmonie et la synesthésie sont les remèdes au matérialisme, nous sommes en période électorale en France, je regrette l'absence d'un parti surréaliste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta si émouvante appréciation, chère amie! ça y est! Il vient de naître, le Parti Surréaliste ! Les deux premiers membres: Orfeenix et Mokhtar! :-)

      Supprimer