lundi 9 octobre 2017

ARBRE!

Photo d'arbres plantés par mon cher ami Hamadi Ben Yahia , dans le désert, au sud de TATAOUINE, sa région natale. Bravo et merci.



Tu es toujours là où se confondent
En verticalité sonore,
En horizontalité ailée, ton or
Et l’air donné à la feuille de vie nécessaire,
Extension vitale pour les pas de nos envols,
Fraîcheur de tapis déployée en arcs d’accueils
Où médite l’oiseau
En ses retours stellaires de danses
Pour que l’eau puisse encore germer,
Dans ses silences multicolores,
Au parfum de nos rencontres.
Arbre ! Tu nous offres toujours
Le sang de tes souvenirs
Et tes nerfs dans les cieux de tes soupirs !


© Mokhtar El Amraoui in «Le souffle des ressacs»

2 commentaires:

  1. En écho à votre poème, je vous offre ce poème de Victor Hugo:
    Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
    Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
    Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
    Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
    Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
    Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
    Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
    Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
    Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
    Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
    Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
    C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
    Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
    Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

    Victor Hugo

    RépondreSupprimer