dimanche 3 décembre 2017

AHMED FOUED NAGM 22 mai 1929 -3 décembre 2013

LE POETE AHMED FOUED NAGM



Tes mots Nil ont percé 
Les murailles du geôlier, 
Pour éclore en sentences de lumière,
Pour qu’en luttes s’accordent, ailées,
Les veines des pas et des poings déliés !
Eclairs de luth que tes poèmes !
Diadèmes d’étoiles,
Sur les palmes échevelées de tes cris !
Tu fis, du sang des martyrs, une aube d’éveil
Et des peines des haillons, de radieux élans !
Ton verbe en chant allumé
Restera toujours debout,
Pour éclairer la marche oubliée
Des enfants d’ombre et de boue !
Il grondera d’amour
Pour les prochains millénaires
Où tant de gerbes ensanglantées, en ta voix,
Sauront, fières, panser leurs blessures
Et dans nos cœurs, à jamais,
Brilleront, de mille chemins,
Les yeux de tes mots,
Les mots de nos lendemains !

©Mokhtar El Amraoui in « Le souffle des ressacs»

2 commentaires:

  1. Bel hommage! La photo de cet homme immaculé au milieu des décombres est aussi parlante que tes mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta si sensible intelligence, chère adorable Manouche!

      Supprimer