dimanche 7 janvier 2018

ROSES NOIRES


Tu es là, 
Pourtant, tu ne l’es déjà plus !
L’as-tu jamais été ?
Les épines crient sous la lune.
Ma main épouse le bateau qui s’en va
Vers ses poignées de poussière
Enterrant les échos des promesses d’hier.
Les roses noires
S’essoufflent à gravir le sang du matin.
Seules nos ombres
Dessinent encore
Nos chants morts
Qui sombrent,
Dévêtus de tout leur or !
Tu es là,
Pourtant, tu ne l’es déjà plus !
L’as-tu jamais été ?
Sur mes lèvres, pour m’embrasser,
Sans lumière ni lendemain,
Vient se poser la feuille du vent
Qui arrache, en les embrasant,
Les roses noires sans parfum
De ce qui fut notre sublime jardin.

© Mokhtar El Amraoui in «Le souffle des ressacs»

2 commentaires:

  1. Comme une rose noire
    Qui pleure dans le soir
    Comme un pétale froissé,
    Qui se meurt à nos pieds,

    S'efface le souvenir...
    S'étiole l'avenir...
    Marie
    http://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.fr/2010/08/poeme-comme-une-rose-noire.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle rencontre entre nos roses noires: celles du sud et du nord.

      Supprimer