dimanche 27 mai 2018

MÈRE ! MÈRE ! MÈRE !

Bonne fête, admirables inoubliables Mères!

Tableau de Stephen Cefalo
A chaque berceuse de la mère,
Renaissent toutes les étoiles.
A chacun de ses baisers,
Rient les lèvres parfumées
De toutes les splendides nouvelles fleurs.
A chacun de ses soucis,
De ses soupirs de peur,
Face à la fièvre de son enfant
Inquiet en pleurs,
S’ouvrent tous les murs,
Tremblent les cierges fleurissant
D’un retour de lueurs sûres !
Elles accourent, radieuses lumières,
Répondant, heureuses et belles,
A leur source qui les appelle :
Mère ! Mère! Mère !
Elles lui promettent
De ne plus jamais la quitter
Et, loin du noir froid défait,
Se relève, flamboyant, l’enfant,
Dans les bras en fête de sa chère maman !
Bat le cœur d’un nouveau printemps,
Dans le ciel d’un sein infini de joie,
La chance est là, grâce à elle, encore une fois!
Elle se déploie, couronne fleurie de ses caresses !
Le malheur, de ses détresses,
Ne peut vaincre sa douce cuirasse d’amour.
Chaque nuit, chaque jour,
De toute sa vigilante tendresse,
Elle protège, inlassable lionne,
Son précieux fruit adoré
Qui, sans cesse, rayonne
En ses profondeurs dorées,
Depuis le berceau,
Jusqu’aux lourds soirs
Des trébuchants vieux rameaux !
Elle lui interdit de perdre espoir,
Refusant d’écouter l’horrible heure
Qui, implacable, hélas,
Sonnera, un jour, son départ
Laissant -quel malheur!-
Un horrible gouffre à sa place !
L’inconsolable enfant, à tout âge, toujours
Versera ses larmes amères,
Criera : Mère ! Mère ! Mère !
Rêvant à chaque instant de son retour !
© Mokhtar El Amraoui, le 27 mai 2018, in « Nouveaux poèmes »

2 commentaires:

  1. Un bel hommage à toutes les mamans...
    ******

    Les mamans sont des poèmes
    Avec leurs mots et leurs "je t'aime"
    Elles ont dans le cœur des promesses
    Et mille milliers de caresses...
    Elles portent toutes les pleurs
    De leurs enfants et de leurs peurs...
    Elles murmurent leurs absences
    Dans des sanglots d'indifférence
    Quand l'âge les fait prisonnières
    Dans des demeures étrangères
    Où les murs trop aseptisés
    Effacent tout leur passé!
    Adieu à toutes les mamans
    Qui vont mourir sans leurs enfants.
    Elles sont mères avant tout
    Avec leurs rêves un peu fous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mamans méritent tous les hommages du monde.

      Supprimer