mardi 8 mai 2018

Suc sorcier

Tableau de Matteo Arfanotti
Si tu étais un arbre, ma bien-aimée, 
Tes hautes branches couvriraient le monde entier ! 
Tu aurais, en couronne, des myriades d’oiseaux égayés,
La rougeur timide qui enflamme le pommier,
Le velours printanier du jeune prunier,
Les yeux rêveurs du farouche amandier,
Les siècles de lutte du vaillant olivier,
Les palmes dansantes du généreux palmier
Qui montrerait à ses dattes comment voler
Vers ta bouche et la désaltérer de leur suc sorcier !
Tous les vergers s’égosilleraient, de toutes leurs allées !
Tous en choeur, ils crieraient, pour t’appeler :
« Viens donc nous éclairer ! »
Si tu étais un arbre, ma bien-aimée,
Tu offrirais tes doux rameaux altiers,
Aux étoiles, aux marcheurs fatigués
Et aux amoureux intrépides enlacés,
Pour, enfin, quiets, s’y reposer !
Si tu étais un arbre, tu serais le premier et le dernier!
Au plus profond de mon coeur, je te planterais
Pour t’avoir à jamais, pour ne plus nous quitter !

© Mokhtar El Amraoui in "Le souffle des ressacs"













8 commentaires:

  1. Comme c'est beau... merci...

    RépondreSupprimer
  2. Poètique montée de sève printanière...

    RépondreSupprimer
  3. Ses vers expriment la légèreté et le soin que l'amour exige, dans chaque ligne je vois la beauté de ce sentiment. Beaux versets!

    Merci
    du Brésil

    RépondreSupprimer